Affaire Fidèle Babala à la CPI : aucune liberté provisoire encore accordée, selon la cour

Le député congolais Fidèle Babala, poursuivi par la CPI pour subornation de témoins dans le cadre de l’affaire Jean-Pierre Bemba (Photo CPI).

Aucune décision de mise en liberté provisoire n’a été prise pour l’instant en faveur de Fidèle Babala et de ses co-accusés à la Cour Pénale Internationale (CPI). L’assistant chargé de la sensibilisation de la CPI à Kinshasa, Patrick Tshibuyi, a apporté cette précision vendredi 10 octobre, après que l’Assemblée nationale a décidé d’interpeller la ministre de la Justice, Wivine Mumba. La RDC a en effet émis des réserves à accueillir sur son sol, en cas d’obtention d’une liberté provisoire, le député congolais membre du MLC, détenu à la CPI depuis novembre 2013.

Selon l’assistant chargé de la sensibilisation de la CPI à Kinshasa, le 26 septembre dernier, la CPI est entré en contact avec les Etats où le prévenu Babala et ses co-accusés souhaiteraient être accueillis en cas d’obtention d’une liberté provisoire.

«Actuellement, il n’y a aucune décision de mise en liberté provisoire qui a été accordée, que ce soit à M. Fidèle Babala, ou aux autres personnes qui sont poursuivis conjointement avec lui. Ce qui a été fait par le juge unique de la chambre préliminaire, le 26 septembre, c’est de demander à certains hommes d’Etat des observations sur la possibilité pour eux de recevoir à certaines conditions ces personnes sur leurs territoires au cas où ils recevraient une liberté provisoire», a-t-il expliqué.

Cependant, Fidèle Babala et toux ceux qui sont poursuivis conjointement avec lui devront attendre la décision que prendra le juge de la chambre préliminaire, précise Patrick Tshibuyi.

«Donc, on ne peut pas encore déclarer s’ils recevront ou pas cette liberté provisoire», a-t-il insisté.

Le secrétaire général-adjoint du MLC Fidèle Babala est poursuivi par la CPI pour des atteintes présumées à l’administration de la justice dans l’affaire Jean-Pierre Bemba, président de son parti.

La ministre de la Justice et Droits humains, Wivine Mumba Matipa, est interpellée à l’Assemblée nationale, à la suite de la motion du député Emery Okundji.

Ce dernier invite le gouvernement congolais à accepter d’accueillir Fidèle Babala sur le territoire congolais dans l’hypothèse où il bénéficierait d’une liberté provisoire à la CPI.

Lire aussi sur radiookapi.net :

La RDC n’est pas prête à accueillir Fidèle Babala, estime le MLC

CPI: la Chambre d’appel rejette la demande de liberté provisoire de Fidèle Babala

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner