Katanga : pas d’école à Banweshi au profit des travaux champêtres

Madame Edith Kizito et ses deux enfants au champ en Uganda. legrandjournal.com.mx

Plus d’un mois après la rentrée scolaire en RDC, les classes ne sont toujours pas organisées dans le secteur Banweshi, à Mitwaba, dans le Katanga. Les enseignants, les élèves et tous les habitants de la vingtaine de villages de ce secteur s’adonnent à la récolte des produits agricoles, qui devrait durer 3 mois. Pour l’administrateur du territoire de Mitwaba, Umba Kalenga, la déscolarisation reste un des facteurs majeurs de recrutement au sein des groupes armés.

«Il y a les parents, avec la pratique de la culture irriguée du haricot, qui mobilisent leurs enfants pour, d’abord, la récolte de haricot et, ensuite, le semi du maïs», explique-t-il.

Pour combattre cette pratique, Umba Kalenga explique que les chefs de secteur, chefs de poste, et chefs de groupement sont encouragés à sensibiliser la population à retourner les enfants à l’école.

«Les conséquences pour une population non instruite sont énormes et multiformes. Nous connaissons le phénomène Maï-Maï. Le manque d’instruction, une des raisons de ce phénomène, puisqu’une personne non instruite n’est pas avertie et constitue une proie facile à tout trompeur qui arrive», a-t-il déploré.

Entre-temps, dans les territoires de Kambove et Lubudi, toujours dans la même province, c’est l’exploitation artisanale de minerais qui est privilégiée par la population, au détriment de l’exploitation agricole.

À l’issue d’une visite de trois jours effectuée dans les sites miniers des territoires de Kambove et Lubudi, le ministre de l’Intérieur du Katanga, Juvenal Kitungwa Lugoma, a appelé la population à s’adonner à l’agriculture, pilier de développement de la RDC, selon lui.

«La vision au niveau de la République démocratique du Congo, en ce qui concerne l’exploitation minière, c’est une vision industrielle, ce n’est pas une vision artisanale. Si vous voyez l’exploitation artisanale, au lieu d’enrichir la population, elle ne fait que l’appauvrir», a-t-il expliqué.

C’est pourquoi nous voulons que les mines puissent être exploitées d’une façon industrielle, que la population s’adonne plus à l’agriculture. Nous considérons que l’agriculture, c’est vraiment le pilier de développement de la RDC.

Juvenal Kitungwa Lugoma appelle les autorités politico-administratives à s’inscrire dans cette logique, «de faire en sorte que l’agriculture puisse être boostée et se développe davantage».

Pour lui, c’est l’agriculture qui pourrait permettre à la population d’avoir un revenu réel leur permettant d’aller de l’avant.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Bas-Congo: 150 000 non scolarisés, selon une ONG

Bafwasende : 90% d’enfants ne vont pas à l’école

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner