Arrivée au Katanga de la délégation de l'Onu qui évalue le travail de la Monusco

L’allocution du général Abdallah Wafy, représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies chargé des opérations de l’est de la RDC. Ici, lors de l’inauguration de la plaque commémorative en hommage aux casques bleus tués dans leur mission. Kinshasa, le 29/05/2013. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

L’équipe de revue stratégique de la mission onusienne en RDC est arrivée samedi 8 novembre à Kalemie, dans le Katanga, après une première étape en Province Orientale, au Nord et Sud-Kivu. Cette délégation arrivée de New-York et conduite par le représentant spécial adjoint, général Abdallah Wafy, a pour mission d’évaluer le travail de la mission de l’Onu en RDC ainsi que ses relations avec l’Etat congolais. A Kalemie, elle a rencontré tour à tour l’autorité du district du Tanganika, les responsables de la Monusco et ceux des agences du système des Nations Unies.

 Selon le commissaire de district du Tanganika, Jean -Félix Ilunga Mpafu, les membres de la délégation se sont enquis de l’état actuel des relations entre l’Etat et la Monusco.

«Ils voulaient savoir les préoccupations de l’autorité locale et provinciale sur la présence de la Monusco dans notre entité, et ils voulaient aussi savoir nos souhaits, nos désirs, nos préoccupations quant à la présence de la Monusco pendant ce temps et pour les mois futurs», a-t-il expliqué.

«Je crois que c’est à ces questions-là que j’ai répondu. Nous avons nos préoccupations. Nous les avons déjà soumis à la hiérarchie par écrit. C’est celle d’une assistance dans certains domaines que j’ai eu à expliquer à la hiérarchie. Je crois qu’ils ont pris bonne note», a-t-il poursuivi.

Après cette visite à Kalemie, la délégation s’est envolée en début d’après-midi pour  la ville de Lubumbashi, via Manono.

Une évolution positive

Avant Kalemie, l’équipe de revue stratégique de la mission onusienne en RDC avait séjourné à Bunia, en Ituri (Province Orientale), où les membres de la délégation avaient rencontré des représentants de la société civile de l’Ituri.

Selon Losa Dekana, chargé de relations publiques dans cette structure citoyenne, la présence de la Monusco dans ce territoire constitue une protection pour la population qui a longtemps souffert des exactions des miliciens de la Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI).

«A notre avis, la Monusco a beaucoup contribué pour le retour de la paix en Ituri. Si on considérait depuis l’époque de la Monuc, jusqu’à ce jour, on sent vraiment qu’il y a eu une évolution positive», a-t-il affirmé.

Losa Dekana a notamment évoqué l’intervention de la Monusco dans la résolution des conflits ethniques dans ce district.

Il estime en outre qu’un départ de la Monusco en ce moment serait inopportun, notamment avec la recrudescence de l’insécurité au Sud du territoire d’Irumu, en Ituri.

La société civile de l’Ituri plaide par contre pour un renforcement de la présence des casques bleus de la Monusco au Sud du territoire d’Irumu.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner