Des jeunes exigent des poursuites contre ceux qui bloquent la Cimenterie de la Province Orientale

Déchargement des sacs du ciment pour un chantier. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le cercle de réflexion des jeunes de la Province Orientale vivant à Kinshasa réclame des enquêtes indépendantes pour établir des responsabilités concernant la question de la Cimenterie de la Province Orientale (Cipor). Dans une déclaration à la presse jeudi 27 novembre à Kinshasa, ces jeunes demandent au Procureur général de la République de faire la lumière sur la situation de la lenteur enregistrée dans la construction de cette cimenterie, dont la première pierre a été posée il y a huit ans par le chef de l’Etat, Joseph Kabila.

Aux dires du rapporteur de ce cercle de réflexion des jeunes de la Province Orientale à Kinsahasa, Emile Libonze, «il est inconcevable qu’une poignée de personnes flouent le chef de l’Etat.»  Il souhaite que toutes ces personnes répondent de leurs actes devant les juridictions compétentes:

«Les gens qui sont en train de faire obstruction, de bloquer un projet aussi important, aussi salutaire, ne peuvent pas être impunis. C’est ainsi que nous demandons que les instances compétentes – et ici nous voyons le Procureur général de la République – puissent mettre en place une commission d’enquête sur le terrain crédible pour dénicher les responsables de ce blocage et permettre à ce que les travaux de la Cimenterie de la Province Orientale puisse démarrer véritablement

Parallèlement à la procédure judiciaire, ces jeunes appellent également les  députés provinciaux de mener «aussi une enquête indépendante crédible pouvant [permettre] à la population de la Province Orientale de savoir qui sont derrière ce blocage du démarrage effectif de cette cimenterie

C’est en 2006 que le président Joseph Kabila avait posé la première pierre de la construction de cette usine. Quelques mois après, son conseiller en matière d’infrastructures effectuait une visite à Kisangani pour confirmer le début de la réhabilitation du port de l’Onatra, où l’on devait décharger les matériaux de construction de la Cipor.

Rien n’est fait jusque là, au grand dame de la population locale qui continue de dépendre de la province du Bas-Congo et des pays voisins pour s’approvisionner en ciment.

Une grande partie de ce matériel a été détournée. Et au début novembre, le ministre de l’Industrie, Remy Musungayi, avait été interpellé à l’Assemblée nationale. Il avait été accusé des malversations financières dans le projet de construction de la Cipor. Cette motion de défiance avait été finalement rejetée par les députés.​

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner