Découpage territorial: plaidoyer pour le rattachement de Kolwezi au Haut-Katanga

La ville de Kolwezi, au Katanga/Photo Radio Okapi.

L’association socioculturelle «Lwanzo Lwa Mikuba» s’oppose que le district de Kolwezi soit rattaché à la future province de Lwalaba, conformément à la loi fixant les limites de nouvelles provinces de la RDC, adoptée à l’Assemblée nationale vendredi dernier. Le président de cette structure, René Lumuna, l’a affirmé dans un entretien accordé dimanche 11 janvier à Radio Okapi.

«C’est une mauvaise loi qui ne s’adapte pas aux réalités sociologiques et culturelles du terrain. Kolwezi est un district. Donc, il doit être transformé en province ou rattaché au Haut-Katanga tel que nous avons voté au référendum de 2005. Nous sommes très surpris d’avoir été virés au Lwalaba, sans notre consultation», a indiqué René Lumuna.
Les discussions sur le futur statut juridique de Kolwezi ont été houleuses à l’Assemblée nationale. Il y a eu deux tendances opposées. La première soutenait que l’ancien district urbano-rural de Kolwezi fasse partie intégrante de la future province de Lwalaba. La seconde considère que Kolwezi n’a été rattaché à aucune de nouvelles provinces issue du démembrement du Katanga et qu’il doit être reparti entre le Haut-Katanga et le Lwalaba. l’Asemblée a finalement opté pour le rattachement de Kolwezi à la future province de Lwalaba.
Pour résoudre cette question, René Lumuna a rappelé l’intention de son association de saisir le chef de l’Etat pour lui demander d’organiser le référendum au niveau du Katanga.
«On pensait déjà introduire une pétition pour qu’on nous démembre du Haut-Katanga, pour qu’on soit une province à part», a poursuivi le président de «Lwanzo Lwa Mikuba».
Cette association affirme avoir  déposé en 2009 une pétition de plus de 100 000 signatures à l’Assemblée nationale pour refuser que le district de Kolwezi ne soit rattaché à la  future province du Lwalaba mais qu’il soit érigé province à part. Mais, il n’y a jamais eu de suite.

Lire aussi: Découpage territorial: les députés divisés sur les cas de Kolwezi et Sankuru

Contactés par Radio Okapi, des députés de la Majorité présidentielle proches de ce dossier se sont refusés de tout commentaire.

Les députés avaient adopté, vendredi 9 janvier, la loi fixant les limites des provinces dans sa globalité. Selon cette nouvelle loi, la RDC doit compter vingt-cinq provinces plus la ville de Kinshasa. Cette disposition prévue dans la constitution de 2006 n’a jamais été appliquée.
Le député Mayo Mambeke, président de la commission Aménagement du territoire de l’Assemblée nationale, salue l’adoption de cette loi qui «nous a pris quatre sessions ordinaires et cette session extraordinaire».
Le découpage territorial, qui doit résulter de la mise en œuvre de cette loi, suscite en effet quelques remous au sein de la classe politique.
Le président de l’assemblée provinciale du Katanga, Gabriel Kyungu wa Kumwanza, avait déclaré fin décembre dernier que ce découpage territorial était boudé par les Katangais.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner