Manifestation de l'opposition: Clément Kanku déplore la réaction de la police

La police interdisant aux véhicules de circuler en direction du Palais du peuple lors de la présentation du projet de loi électorale, janvier 2015. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le président du parti de l’opposition Mouvement pour le renouveau, Clément Kanku, dénonce la répression de la manifestation de l’opposition organisée lundi 12 janvier à proximité du siège du Parlement à Kinshasa. Les opposants avaient prévu de se rendre au Palais du peuple pour exprimer leur désapprobation de l’examen du projet de loi modifiant la loi électorale. Ils avaient été dispersés par la police.

« Nous avons déploré la réaction de la police, une réaction disproportionnée. Nous ne pouvons pas croire que chaque fois que l’opposition veut marcher, qu’on puisse utiliser la police pour réprimer l’opposition, ce n’est pas normal », a déclaré Clément Kanku au cours d’une conférence de presse.

Il s’est étonné de constater que l’on ait interdit aux militants de l’opposition d’accéder au Parlement qui est un lieu public.

A (re)Lire: RDC: la police disperse une manifestation de l’opposition contre le projet de loi électorale

« Nous voulons savoir si l’accès au Palais du peuple est réservé dorénavant aux membres de la Majorité présidentielle ou à leurs sympathisants, parce qu’on ne peut pas accepter cette discrimination sur un lieu qui est considéré comme étant un lieu public », a indiqué l’opposant.

Clément Kanku a également plaidé pour que la police soit apolitique. « Nous voulons que notre police reste apolitique, qu’elle soit républicaine, qu’elle puisse sécuriser toute manifestation venant de tous les Congolais parce que c’est constitutionnel », a-t-il réclamé.

L’opposition désapprouve la modification de l’actuelle loi électorale, surtout dans le format proposé par le gouvernement.

Elle accuse la majorité de vouloir simplement obtenir le « glissement du mandat du président de la république », en retardant les élections pour lui permettre d’aller au-delà de 2016.

Les opposants disent s’appuyer sur une disposition de l’article 8 de ce projet de loi électorale proposé par le gouvernement. Cet article stipule que « la liste électorale doit être actualisée en tenant compte de l’évolution des données démographiques et de l’identification de la population ». Ce qui renvoie, selon les opposants, à conditionner l’organisation des élections par le recensement général de la population.

Ce projet de loi modifiant la loi électorale est actuellement en discussion au Parlement. Il a été jugé recevable à l’Assemblée nationale.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

RDC (176)
Ebola (60)
FARDC (52)
Beni (36)
Kinshasa (35)
Ceni (32)
Monusco (31)
FCC (28)
élection (26)
Yumbi (25)
Sécurité (25)
Corruption (23)
Caf (22)
Mazembe (22)
UDPS (22)
Linafoot (22)