HRW exige l'arrestation du chef des FDLR Sylvestre Mudacumura

Des rebelles des FDLR se promenant dans la forêt de Pinga dans l’Est de la République Démocratique du Congo, le 06 Février 2009

Human Rights Watch (HRW) exige l’arrestation du chef des rebelles rwandais des FDLR, le général Sylvestre Mudacumura. Dans un communiqué publié lundi 13 juillet, cette organisation internationale des droits de l’homme demande au gouvernement congolais et aux forces de maintien de la paix de la Monusco de mettre la main sur ce chef de guerre, et de le transférer à la Cour pénale internationale (CPI), pour répondre de ses crimes. Un mandat d’arrêt avait été émis contre Sylvestre Mudachumura en juillet 2012.

Le communiqué de HRW indique que les combattants FDLR sous le commandement de Mudacumura ont perpétré, pour certains, de « pires atrocités » dans l’est de la RDC, pourtant peu d’efforts ont été fournis par le gouvernement et la Monusco pour l’arrêter.

« C’est le 3e anniversaire du mandat d’arrêt de la CPI lancé contre Sylvestre Mudacumura. Jusqu’à ce jour, il y a trop peu d’efforts de la part du gouvernement congolais et de la Monusco, pour arrêter ce chef rebelle », a déploré la chercheuse à HRW, Anneke Van Woundenberg, jointe pas Radio Okapi depuis l’Allemagne. Selon elle, la population dans l’Est de la RDC continue à être victime des atrocités commises par les FDLR.

« C’est vraiment le moment de s’assurer que Mudacumura est arrêté et qu’il est transféré à la Haye. Sinon, nous pensons que la population à l’est du Congo va continuer à souffrir et va continuer d’être victime des atrocités de ce groupe rebelle. C’est l’une des pires atrocités dans l’Est du Congo. Et les atrocités sont assez dures. Kidnapping de personnes pour payement d’une rançon, viols des femmes et des filles, des meurtres, ça continue. Et c’est clair qu’il n’y a pas de changement de comportement des FDLR », a ajouté Anneke Van Woundenberg.

D’après les sources militaires, le général Sylvestre Mudacumura serait actuellement dans la forêt, vers la localité de Nyanzale dans le territoire de Rutshuru où il aurait établi une base.

(Re)lire: La CPI demande à la RDC d’arrêter Sylvestre Mudacumura, le chef des FDLR

Sylvestre Mudacumura a été cité parmi les personnes responsables des atrocités commises ces dernières années dans les deux provinces de Kivu.

Il est suspecté d’avoir commis neuf crimes de guerre :

  • attaques contre la population civile
  • meurtres
  • mutilations
  • traitements cruels
  • viols
  • torture
  • destructions de biens
  • pillages
  • atteintes à la dignité humaine.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner