Jean Assice, ADG de la RVA: «Il n’y a pas grève, c’est un groupe d’agitateurs»


Jean Assice, DGA de la RVA

Y a-t-il grève ou pas à la Régie des voies aériennes, RVA? L’Administrateur directeur général de cette entreprise de l’Etat ne le reconnaît pas. Jean Assice parle plutôt d’un mouvement d’agitateurs mené ce week-end par des syndicalistes qui ne sont même pas de l’entreprise. Il rejette par conséquent toutes les accusations portées contre lui.

M. Assice explique :

« A mon sens, aucun aéroport n’a cessé de fonctionner. Il y a eu un mouvement illégal. Un certain groupe d’agents qui est d’ailleurs désolidarisé du reste des agents. Ce groupe d’agents a estimé qu’il était de son droit de venir perturber le travail des agents de l’administration centrale. C’est ainsi que nous avons retrouvé des syndicalistes qui ne sont pas même de la RVA, mais de l’Onatra. Nous avons retrouvé des comptables d’un aéroport qui sont venus bousculer nos secrétaires. C’est bien un groupuscule de personnes. On n’appelle pas cela une grève, c’est un mouvement d’agitation.»

Pourtant, les agents en grève accusent Jean Assice de ne pas stabiliser la société, mission qui lui avait été confiée. Ces mêmes agents estiment que la dette de leur entreprise était de 400 mille dollars au moment où le Français avait été nommé à sa tête et qu’aujourd’hui, elle enregistre 30 millions de dollars de dette.

A ce sujet, l’ADG de la RVA répond qu’il s’agit des informations diffamatoires. C’est pour cela que ces agents seront poursuivis, affirme-t-il.

Selon M. Assise, les informations sur la dette de la RVA sont connues du gouvernement et celles que donnent les agents sont erronées.

Pour rappel, vendredi dernier, la tension était perceptible à la direction générale de la RVA à Kinshasa. Quelques agents se disant en grève depuis deux jours, manifestaient d’abord pour s’opposer au renouvellement du «contrat de stabilisation de l’entreprise» et demander sa résiliation pure et simple  et ensuite pour exiger l’application du deuxième palier du SMIG, salaire minimum interprofessionnel garanti.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires