RDC-FMI: le litige sur le contrat entre la Gecamines et la Comide en voie d’être réglé

Une vue des installations de la Gécamine. Reuters/Ph. David Lewis

Le différend autour des contrats signés entre la Gécamines et l’entreprise minière Congolaise des mines et de développement (Comide), qui a empêché le renouvellement des programmes économiques du FMI en RDC, a été résolu. Le président du Conseil d’administration de la Gécamines, Albert Yuma, et le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Jean-Claude Masangu l’ont annoncé, jeudi 4 avril. Ils faisaient, devant la presse à Kinshasa, le point de leur mission effectuée au siège du FMI aux USA, du 25 au 28 mars dernier.

Trois questions ont été au centre des discussions à Washington concernant le dossier Comide, selon Albert Yuma et Jean-Claude Masangu. Il s’agissait de connaître les parties contractantes, de vérifier qu’une compensation financière a été versée en cas de transactions et de s’assurer que les textes qui régissent le fonctionnement de la Gecamines étaient respectés.

De gauche à droite : Augustin Matata Ponyo, Premier ministre et Albert Yuma Président de Fédération des entreprises du Congo (Fec) le 3/08/2012 à Kinshasa, après une rencontre entre le chef du gouvernement de la RDC et le patronat. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Albert Yuma a indiqué que la délégation congolaise a pu démontrer que les contractants étaient bien identifiés. Il s’agit de la Gecamines CD, 25% dans Comide, et Strackair international, une entreprise du même groupe que Simplex, qui a été partenaire de la Gecamines au départ.

Il a confirmé qu’il y a eu un accord transactionnel entre Comide et Goma Mining, «qui a amené à ce que la Gecamines – pour dédommager son partenaire Simplex via sa société du même groupe Strackair – a cédé sa participation. Et, en contrepartie Gecamines est entrée dans le capital de Goma Mining à la même hauteur de 25%».

Le conseil d’administration de la Gécamines était pleinement habilité à autoriser une telle transaction. «Et Nous sommes arrivés à la conclusion avec nos amis du FMI que la gouvernance de la Gécamines avait été respectée», a affirmé Albert Yuma.

Fichier audio : téléchargez Flash pour écouter.

La partie congolaise a donc rédigé une déclaration sur honneur attestant que les informations fournies étaient vraies. Ce document a été déposé au département juridique du FMI.

Jean Claude Masangu Mulongo, gouverneur de la Banque Centrale du Congo le 06/03/2013 à Kinshasa, lors de la Publication du rapport sur la politique monétaire 2012. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Jean Claude Masangu s’est dit optimiste pour la suite:

«Le département juridique du Fonds monétaire international a déjà fait ses commentaires. Il l’a déjà envoyé à la direction Afrique. Et là aussi, ils ont déjà fait leurs commentaires. En ce moment, le document se trouve distribué dans toutes les directions du Fonds monétaire international. A ce stade, il n’y a pas de changement de fonds.»

Fichier audio : téléchargez Flash pour écouter.

Le représentant du FMI en RDC avait annoncé, lundi 3 décembre, la suspension de 240 millions de dollars de prêts à la République démocratique du Congo, pour ne pas avoir publié des contrats miniers, comme l’avait requis l’organisation internationale.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner