RDC: Germain Kambinga évalue le projet de la Cimenterie de la Province Orientale

Transport de sacs du ciment pour les travaux de réfections des routes par des entreprises chinoise le 27/02/2013 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Une délégation conduite par le ministre de l’Industrie, Germain Kambinga, est arrivée à Kisangani pour évaluer le projet de construction de la Cimenterie de la Province Orientale (Cipor). Ce projet lancé il y a plus de 7 ans peine à se matérialiser. Le chef de l’Etat avait posé la première pierre de cette cimenterie en juin 2007.

Germain Kambinga est notamment accompagné d’investisseurs nord-coréens pour « faire un état des lieux de la situation ».

« Nous sommes venus voir quels sont les obstacles majeurs auxquels nous aurons à faire face jusqu’à l’aboutissement de ce projet », a-t-il déclaré, énumérant les difficultés liées à la réalisation de ce projet :

  • Accès au site
  • Infrastructures d’accueil
  • Fourniture  énergétique capable d’alimenter une cimenterie.

« Nous sommes là pour faire un travail scientifique minutieux, ramener un rapport circonstancié pour déterminer un chronogramme avec des étapes pour dire au gouvernement voilà ce qu’il faut faire », a indiqué Germain Kambinga.

4 ministres de l’Industrie y sont passés

Germain Kambinga est le quatrième ministre de l’Industrie qui se rend en Province Orientale pour évaluer la Cipor, un projet issu d’un accord bilatéral entre la RDC et l’Inde.

En août 2005, un accord de crédit est signé entre les deux parties à hauteur de 30 500 000 dollars américains pour financer quatre projets en RDC. Le chef de l’État décide que 13 millions de dollars soient affectés au financement de la construction de la Cipor.

En octobre de la même année, un contrat est signé entre le ministère congolais de l’Industrie et l’entreprise indienne « Jaguar ». Celle-ci s’engage à doter la RDC d’une cimenterie, clé en main.

Le 30 juin 2007 à Kisangani, Joseph Kabila pose la première pierre pour la construction de la Cimenterie de la Province Orientale.

La même année, les premières études de faisabilité sont menées par un bureau d’étude dénommé BICOTIM. Les résultats auraient été déposés au ministère de l’Industrie en 2008.

A l’issue de ces études, le premier site de construction est délocalisé à plus de 70 kilomètres de la ville de Kisangani où se trouverait un gisement de calcaires, matière première pour la fabrication de ciment. Ce site de 24 hectares aménagé est abandonné jusqu’à ce jour.

En 2008, des équipements et du matériel de construction sont arrivés à Kisangani.

A (re)Lire: Cimenterie de la Province Orientale: 800 tonnes de matériel débarquent à Kisangani

 

Depuis, toutes les annonces de relance de ce projet ne sont pas matérialisées.

En 2014, des sources proches de ce dossier ont indiqué à Radio Okapi que trois préalables ont été posés par la société indienne Jaguar pour construire cette usine conformément au contrat signé avec la République démocratique du Congo. Découvrez ces préalables en cliquant ici.​

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner