Zongo: des PVV bénéficient de traitement antirétroviral

Enfants victimes du VIH/Sida

Des personnes vivant avec le VIH bénéficient des antirétroviraux dans la zone de santé de Zongo (Equateur). Le médecin-coordonnateur du Programme national de lutte contre le Sida (PNLS) au Nord-Equateur a indiqué que sa structure poursuit ce traitement après que la Banque mondiale a mis fin, en 2011, à son projet MAP dans la contrée.

Ce médecin assure qu’il existe encore un stock de médicaments jusqu’à la fin du mois de février et veille déjà à un prochain approvisionnement pour parer à toute rupture.
Selon ce spécialiste, le traitement antirétroviral contre le sida consiste à la prise régulière de 3 médicaments. Ces produits ont pour rôle d’empêcher la multiplication du virus  chez la personne malade.
«Quand il y a rupture, il y a risques de rechute chez la personne malade. Ce qui  pourra compliquer la suite du traitement. Car selon les spécialistes, le  choix des molécules pour le traitement du sida se fait en fonction de la charge virale  de la personne  malade et de la facilité d’accès  à ces médicaments», a indiqué le médecin-coordonnateur du PNLS au Nord-Equateur.
Il explique qu’en cas de rupture, le malade peut présenter une résistance aux premiers types de médicaments. Ce qui va nécessiter un changement  des types d’antirétroviraux  c’est-à-dire un nouveau schéma  de traitement avec bien entendu d’autres types d’antirétroviraux.
« Autre chose, en ce qui concerne la lutte contre le sida dans la zone de santé de Zongo, avec l’afflux ces derniers mois des refugies centrafricains et des retournés congolais de  Congo Brazza, il  faudra s’attendre à  une augmentation du nombre des personnes atteintes du vih sida. D’où  il faut un travail bien  concerté coordonné entre les responsables locaux  de la zone de santé de Zongo et la coordination provinciale  de lutte contre le VIH Sida», a-t-il poursuivi.
On rappelle que la zone de santé de Zongo avait intégré les activités de lutte  contre le Vih Sida en 2006 avec  du projet  MAP de la banque mondiale.  Près de 200 malades bénéficiaient de ce traitement antirétroviral. Mais  Ce projet  avec la banque mondiale s’est arrêté en 2011 et les personnes qui étaient éligibles n’avaient plus de sources sures pour continuer  le traitement.​

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner