Dismas Kitenge : « Les expulsés de Brazzaville peuvent saisir la justice internationale »

Dismas Kitenge, vice-président de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH)/ Ph. Droits Tiers.

Plus d’un millier de Congolais de Kinshasa sont expulsés de Brazzaville depuis près de deux semaines. Une nouvelle vague est encore arrivée dimanche 20 avril au port fluvial de la Société congolaise des transports et ports (SCTP). Certains expulsés dénoncent les conditions « inhumaines » de leur expulsion. Radio Okapi interroge ce lundi 21 avril le vice-président de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), Dismas Kitenge sur cette question.

Il dénonce la procédure de ces expulsions et les traitements subis par les expulsés.

Il invite le gouvernement de la RDC à protester auprès des autorités brazzavilloises et plaide pour que le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) soit associé à ces opérations. Il estime en outre que les victimes d’abus enregistrés pendant ces refoulements peuvent saisir les institutions judiciaires internationales.

Dismas Kitenge s’entretient avec Ascain Zygbia.

Fichier audio : téléchargez Flash pour écouter.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner