RDC : la Monusco pressée de "traquer le M23", sinon de "quitter le Kivu"-Jeune Afrique

Insatisfaite de la zone de sécurité établie par la Monusco (Mission de l’ONU pour la stabilisation du Congo), la société civile du Nord-Kivu appelle au lancement effectif de la traque des groupes armés, dont le Mouvement du 23-Mars (M23), au plus tard le 8 août. Passé ce délai, elle compte engager des “actions d’envergure” contre la mission onusienne…

« Trop, c’est trop ! Si la Monusco n’agit pas, elle doit quitter le Nord-Kivu ». Omar Kavota, le porte-parole de la société civile locale, ne cache plus l’ « exaspération » de la population qui espérait voir la brigade d’intervention des Nations unies démarrer rapidement la traque des groupes armés dans l’est de la RDC.

À la place, la Mission de l’ONU pour la stabilisation du Congo (Monusco) a établi, le 1er août, une zone de sécurité entre la ville de Goma et la localité de Saké, une sorte de ligne rouge que les groupes armés ne doivent pas franchir, sous peine d’être considérés comme une menace imminente contre les civils. « Une perte de temps, selon Omar Kavota. Les groupes armés ne se trouvent pas dans la zone de sécurité définie par la Monusco. Ils sont bien au-delà. C’est pourquoi nous demandons à la Monusco d’élargir sa zone de sécurité dans les territoire de Rutshuru et Nyiragongo qui sont contrôlés notamment par le Mouvement du 23-Mars (M23) », explique-t-il.

Ultimatum pour traquer le M23

Pour se faire entendre, la société civile du Nord-Kivu ne compte pas lésiner sur les moyens. « Nous projetons d’organiser des actions d’envergure à Goma et dans les villes du Nord-Kivu si d’ici jeudi 8 août, soit une semaine après la mise en place de la zone de sécurité, la brigade d’intervention n’entame toujours pas la traque des groupes armés », menace Omar Kavota.

Au siège de la Monusco, on tente de calmer les esprits. « La zone de sécurité entre Goma et Sake n’est qu’une première étape », répète Axel Queval, le chef intérimaire du bureau de la mission onusienne à Goma. Mais, visiblement, le message a du mal à passer. Les voix se lèvent de plus en plus pour critiquer la « passivité » des soldats onusiens. « Les gens ne comprennent pas pourquoi les troupes onusiennes établissent une zone de sécurité dans un espace déjà sous contrôle de l’armée régulière, au lieu de l’établir dans les territoires encore sous occupation rebelle, là où les populations sont victimes des exactions », explique Gaïus Vagheni Kowene, jeune blogueur à Goma, qui dénonce une « distraction de plus de la Monusco qui continue à perdre tout son crédit » dans le Nord-Kivu

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner