Monusco: un(e) consultant(e) international(e)

UN(E) CONSULTANT(E) INTERNATIONAL(E) CHARGÉ(E) D’APPUYER LE GOUVERNEMENT
CONGOLAIS A ORGANISER, A KINSHASA, LA CONFERENCE SUR LES INVESTISSEMENTS DU
SECTEUR PRIVE DANS LA REGION DES GRANDS LACS (CISP)
DATE LIMITE DE DÉPÔT DES CANDIDATURES : Le 07 Octobre 2015
DATE DE PUBLICATION : Le 16 Octobre 2015
TYPE ET DUREE DU CONTRAT : 3mois
LIEU D’AFFECTATION & NOMBRE DE POSTE : Kinshasa, 1 poste
NUMÉRO DE L’AVIS DE VANCE : MONUSCO
A. CONTEXTE
1. Le 24 février 2013 à Addis-Abeba, la RDC et 10 pays voisins ont signé l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité
et la coopération (PSCF) pour la RDC et la région dans le but de mettre fin aux cycles récurrents des conflits. Le
PSCF a été signé sous les auspices des quatre garants, à savoir : l’Organisation des Nations Unies (ONU), la
Commission de l’Union africaine (UA), la Communauté pour le Développement de l'Afrique Australe (SADC) et
la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL). Fin 2013, le Sud-Soudan et le Kenya ont
rejoint également l’Accord-cadre, portant à 13 le nombre total des signataires. Le PSCF comporte non seulement
sept engagements régionaux pour les 13 signataires et six engagements nationaux pour la RDC, mais aussi un
ensemble de cinq engagements pour la communauté internationale. Par la résolution 2098 (2013), le Conseil de
sécurité a approuvé la nomination par le Secrétaire Général de l’ONU d'un Envoyé Spécial pour la région des
grands lacs et de la RDC (SESG) pour soutenir le processus de paix.
2. La MONUSCO est autorisée par le Conseil de Sécurité à appuyer les efforts des autorités de la RDCvisant à
mettre en oeuvre les réformes prévues par l’Accord-cadre et visant à stabiliser l’Est du pays à travers les six
engagements nationaux souscrits par la RDC dans le PSCF. Dans les résolutions 2098 (2013), 2147 (2014) et 2211
(2015), le Conseil de sécurité invite le SESG, en coordination avec le Représentant Spécial du Secrétaire Général
(RSSG), de continuer "à diriger, coordonner et évaluer le respect des engagements nationaux et régionaux pris dans
l’Accord-cadre". En collaboration avec le SESG, le Représentant Spécial devra « soutenir, coordonner et évaluer la
mise en oeuvre des engagements nationaux », notamment : (i) la réforme du secteur de sécurité, (ii) la consolidation
de l'autorité de l'État, (iii) la décentralisation, (iv) le développement économique, (v) la réforme structurelle des
institutions de l’État, et (vi) la réconciliation, la tolérance et la démocratisation.
3. En mai 2013, le Mécanisme National de Suivi (MNS) de l’Accord-cadre a été mis en place en RDC par un
décret présidentiel. La seule structure permanente dans le MNS est son Comité exécutif. Les deux autres structures,
le Comité de Pilotage et le Conseil consultatif, ne se réunissent que sur la décision du Président de la République.
4. Les bons offices et le plaidoyer de la MONUSCO ont conduit à une participation effective de toutes les parties
prenantes dans le processus de formulation des benchmarks de l’Accord-cadre. Le Comité technique
d’organisation, établi par le MNS afin d'accompagner le processus de benchmarking, a officialisé et redynamisé le
partenariat entre le MNS, la société civile, le gouvernement ainsi que les Partenaires Techniques et Financiers. Le
processus a commencé le 19 septembre 2013 avec la validation des critères et indicateurs des trois premiers
engagements nationaux et s'était terminé le 17 septembre 2014 avec l'approbation par le chef de l'État d'une
matrice comprenant 56 critères et 247 indicateurs de mise en oeuvre des engagements nationaux souscrits par la
RDC dans le cadre de PSCF.
5. En janvier 2014, les Chefs d'État des 13 pays signataires de l’Accord-cadre ont approuvé un Plan d'Action
Régional (PAR) pour la mise-en-oeuvre de l’Accord. Le PAR prévoit l’organisation d'une Conférence sur les
investissements du secteur privé (CISP) dans la région des Grands Lacs afin de renforcer la coopération
économique, développer les opportunités commerciales, faciliter la création d'emplois, et instaurer une stabilité et
une paix durables.Les pays de la région, les signataires de l’Accord-cadre ont mandaté le SESGet le Secrétaire
exécutif de la CIRGL d'organiser ladite conférence.Ils estiment que la mobilisation des investissements du secteur
2
privé dans la région pourrait faciliter l’exploitation des vastes richesses naturelles, remédier à la sous-exploitation
des opportunités économiques et jouer un rôle catalyseur pour relancer la prospérité, et par conséquent susciter un
élan de responsabilité collective en faveur de la paix, la stabilité et la transformation de la région. Cette conférence
va faciliter la réalisation des objectifs de l’Accord-cadre(PSCF) à savoir : rétablir la confiance, éveiller l'espoir
dans la région par des investissements des infrastructures économiques, et améliorer les moyens de subsistance des
populations de la région par le développement des opportunités économiques des populations touchées.
6. Il est prévu que cette conférence se tienne à Kinshasa(RDC), les 24 et 25 février 2016, pour coïncider avec le
3èmeanniversaire de PSCF. Un comitétechnique intégré (CTI) a été mis en place pour réaliser la préparation
technique de laCISP. Le CTI estcoordonné par l'AgenceNationale pour la promotion des investissements(ANAPI)
en RDC et comprend comme membres : les représentants du gouvernement congolais, les représentants de la
CIRGL, le point focaldu Bureaude SESGàla MONUSCO, l’unité PSCF de la MONUSCO, le conseiller
économique du BureauRSSGet le PNUD.
7. Pour permettre à la MONUSCO de mieux remplir sa mission d’accompagnement du gouvernement de la RDC,
tel que défini par l’UNSCR 2211 et spécifiquement,appuyer le gouvernement à réussir l’organisation de la CISP ;
il est indispensable d’utiliser le service d’un consultant qui va consolider l’appuipratique de la mission au niveau
desactivités du CTI.
B. BUT ET OBJECTIFS
L’objectif général est de contribuer à renforcer l’appui des Nations Unies (MONUSCO et le bureau du SESG)
au gouvernement de la RDC à travers le CTI pour garantir la réussite de la CISP.
Plus spécifiquement,le consultant devra :
• Gérer des aspectslogistiques et organisationnelsde la CISP, depuis l'identification dessites,la liaison avec
lesagentsdes hôtels/ Lieu/voyage/autresfournisseurs etinterprètesconcernanttoutes les dispositionset selon
lesrèglesde passation des marchésde l'ONU ;
• Etre en lien avec lesconsulatset lesparticipantsconcernant les demandesde visa pour lesparticipantscomme
l'exigé ;
• Assister à lapréparation de tous les matériels nécessaires pour l'événement,la prise de notes, la préparation
descommuniqués de presse etautresdocumentsde communicationavant, pendantet après la CISP(y compris
certainstravaux de traduction) ;
• Assurerune communication claireavectous les interlocuteurs: le personneldes co-organisateurs, les
participants, les clients, les haut-parleurs, etc. afin d’assurer quetous les participantsontmis à jourles
informations nécessaires concernantlesdétails de la CISPetleur participation ;
• Suivre toutes les questionscontractuelles et financièresconcernantla CISP, y
comprislesdécaissementsdepaiements auxfournisseurs, des entrepreneurset des remboursements descoûts
des participants ;
• Autrestâches ponctuellesliéesà la bonne marchede la CISPet le développementdespublications commeet
quand ilsse présentent ;
• Reliredes textespourle processus de préparationde la CISP;
• Suivre des progrèsdu CTIetdes activités des partenaireslocauxen fonction desproduits et des résultats ;
• Rédigerdesrapportssur lesactivités préparatoiresdu CTI ;
• Rédiger des rapports narratifsrégulierssur les activitésde l'équipede l'ONU;
• Effectuer toutesautres tâchespertinentes requises.
C. RÉSULTATS ATTENDUS
• Tout appui administratif, logistique et organisationnel nécessaire de la mission et du bureau du SESGau
gouvernement de la RDC pour réussir l’organisation de la CISP est apporté;
3
• Un rapport global de l’appui apporté par la mission et le bureau du SESG au gouvernement dans le cadre
de l’organisation de la CISP est produit.
D. QUALIFICATIONS
• Éducation:Diplôme universitaireen économie, en administration, en finance, dans le domaine du
développement, de l'ingénierie ou un domaine connexe.
• Expérience : Un minimum de 3 ans d’expérience professionnelle en matière de préparation des
événements(conférence internationale) et la gestionde la coordinationentre les différents acteurssera
nécessaire.Expérience en analyseéconomique, en particuliersur la promotion del'investissement, le climat des
affaires, les risques d'investissementet leur atténuation; la promotion de l'investissement, lecommerce des
produitset le développement; expérience dans la rechercheet l'analyse économique,la formulation des
politiques, l'application de principeséconomiquesdans les programmesde développementou un domaine
apparentésera souhaitable.
• Langues : La maîtrise du français(oral et écrit) et une connaissance pratique del'anglais est
requise.Connaissanced'une autre langueofficielle de l'ONUestun avantage.
E. COMPETENCES
• Compétences fonctionnelles :Excellent esprit d’analyse; compétencesdecommunication et de
présentationexceptionnelle ; Excellentescompétences de communication interpersonnelles etinterculturelle ;
capacités à partager des connaissanceset de l'expérience, de communiquer des idéeset degérer les
fluxd'information ; excellent esprit d’équipe ; Répond positivementaux différents commentaires etpoints de
vue.
• Compétences corporatives : Démontrer un engagementà la MONUSCO, à la vision deO-SESG - GL
etvaleurs des Nations Unies ; Strictement respecter les règlements et procédures de l’organisation ; Afficher
unesensibilité et une adaptabilité liée aux cultures, au genre, à la religion, à la race, à la nationalité et àl'âge.
• Aptitude à Planifier et à Organiser: Aptitude à établir des priorités, planifier efficacement la répartition des
tâches et gérer les échéances cruciales en respectant les délais.
• Aptitude à la Communication: Excellente capacité à lire, écrire, parler et comprendre le français et l'anglais;
Aptitude à communiquer honnêtement et respectueusement avec des collègues ainsi qu'avec les contreparties
locales; Travailler avec impartialité, intégritéet en toute neutralité.
Les candidatures comprenant une lettre de motivation indiquant le titre du poste ainsi que le lieu
d’affectationet un Curriculum Vitae détaillant les réalisations dans le domaine pour lequel vous
souscrivez doivent être envoyées à l’adresse électronique ci-après:
[email protected] et copié à cet adresse [email protected]

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Responsabilités

Du fait du caractère gratuit de la rubrique emploi de notre site, Radio Okapi n'a pas toujours la capacité de modérer toutes les annonces publiées. Nous attirons donc votre attention sur le fait que Radio Okapi ne peut pas être tenue pour responsable des annonces publiées de bonne foi qui s’avéreraient de nature frauduleuse.

Nous essayons autant que possible de vérifier toutes les offres d'emploi qui nous parviennent. Cependant, soyez vigilant avant de candidater et refusez systématiquement tout "employeur" vous demandant de l'argent pour votre dossier de candidature