Monusco: un(e) consultant(e) international(e) sur l'accord d'Addis Abeba

UN(E) CONSULTANT(E) INTERNATIONAL(E) CHARGÉ(E) DE L’OPERATIONNALISATION DE LA
MATRICE DES BENCHMARKS ET DES CRITERES DE SUIVI POUR LES SIX (6) ENGAGEMENTS
NATIONAUX DE L’ACCORD-CADRE D’ADDIS-ABEBA.
DATE LIMITE DE DÉPÔT DES CANDIDATURES : Le 07 Octobre 2015
DATE DE PUBLICATION : Le 16 Octobre 2015
TYPE ET DUREE DU CONTRAT : 3mois
LIEU D’AFFECTATION & NOMBRE DE POSTE : Kinshasa, 1 poste
NUMÉRO DE L’AVIS DE VANCE : MONUSCO
A. CONTEXTE
1. Le 24 février 2013 à Addis-Abeba, la RDC et 10 pays voisins ont signé l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité
et la coopération (PSCF) pour la RDC et la région dans le but de mettre fin aux cycles récurrents des conflits. Le
PSCF a été signé sous les auspices des quatre garants, à savoir : l’Organisation des Nations Unies (ONU), la
Commission de l’Union africaine (UA), la Communauté pour le Développement de l'Afrique Australe (SADC) et
la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (11 + 4). Fin 2013, le Sud-Soudan et le Kenya ont
rejoint également l’Accord-cadre, portant à 13 le nombre total des signataires. Le PSCF comporte non seulement
sept engagements régionaux pour les 13 signataires et six engagements nationaux pour la RDC, mais aussi un
ensemble de cinq engagements pour la communauté internationale. Par la résolution 2098 (2013), le Conseil de
sécurité a approuvé la nomination par le Secrétaire Général de l’ONU d'un Envoyé Spécial pour la région des
grands lacs et de la RDC (SESG) pour soutenir le processus de paix.
2. La MONUSCO est autorisée par le Conseil de Sécurité à appuyer les efforts des autorités de la RDCvisant à
mettre en oeuvre les réformes prévues par l’Accord-cadre et visant à stabiliser l’Est du pays à travers les six
engagements nationaux souscrits par la RDC dans le PSCF. Dans les résolutions 2098 (2013), 2147 (2014) et 2211
(2015), le Conseil de sécurité invite le SESG, en coordination avec le Représentant Spécial du Secrétaire Général,
de continuer "à diriger, coordonner et évaluer le respect des engagements nationaux et régionaux pris dans
l’Accord-cadre". En collaboration avec le SESG, le Représentant Spécial devra « soutenir, coordonner et évaluer la
mise en oeuvre des engagements nationaux », notamment : (i) la réforme du secteur de sécurité, (ii) la consolidation
de l'autorité de l'État, (iii) la décentralisation, (iv) le développement économique, (v) la réforme structurelle des
institutions de l’État, et (vi) la réconciliation, la tolérance et la démocratisation.
3. En mai 2013, le Mécanisme National de Suivi (MNS) de l’Accord-cadre a été mis en place en RDC par un
décret présidentiel. La seule structure permanente dans le MNS est son Comité exécutif. Les deux autres structures,
le Comité de Pilotage et le Conseil consultatif, ne se réunissent que sur la décision du Président de la République.
4. Les bons offices et le plaidoyer de la MONUSCO ont conduit à une participation effective de toutes les parties
prenantes dans le processus de formulation des benchmarks de l’Accord-cadre. Le Comité technique
d’organisation, établi par le MNS afin d'accompagner le processus de benchmarking, a officialisé et redynamisé le
partenariat entre le MNS, la société civile, le gouvernement ainsi que les Partenaires Techniques et Financiers. Le
processus a commencé le 19 septembre 2013 avec la validation des critères et indicateurs des trois premiers
engagements nationaux et s'était terminé le 17 septembre 2014 avec l'approbation par le chef de l'État d'une
matrice comprenant 56 critères et 347 indicateurs de mise en oeuvre des engagements nationaux souscrits par la
RDC dans le cadre de PSCF.
5. En Juin 2015, lors du séminaire national, organisé sous le leadership du Premier ministre, des actions
prioritaires visant à renforcer la mise en oeuvre des engagements nationaux du PSCF ont été identifiées et sont
inclus dans le PAG et le DSCRP II-Revu. L’objectif majeur de cette activité a été la prise en compte de ces
priorités dans le budget 2016. Ces actions prioritaires devront être connues aussi bien par les ministères sectoriels
au niveau national que dans les provinces et faire l’objet de suivi de mise en oeuvre par le MNS. Le processus a
permis à la RDC de disposer d’un instrument pour évaluer la mise en oeuvre des engagements nationaux. Le MNS
2
peut ainsi élaborer son propre plan de travail pour le suivi des actions prioritaires de l’Accord-cadre inscrit dans les
feuilles de route des ministères sectoriels et dans le budget national 2016.
6. En dépit de l’existence de cette matrice et des actions prioritaires, l’Accord-cadre reste peu connu par la
population et même par les autorités politiques locales qui, pourtant, devraient contribuer à sa mise en oeuvre.
Plusieurs facteurs contribuent à cette faible visibilité et faible appropriation de l’Accord-cadre, malgré les contacts
du MNS avec d’autres acteurs au niveau national et international pour appuyer la mise en oeuvre de l’Accord.
Notamment, l’absence de représentation du MNS dans les provinces ne favorise pas l’appropriation de l’Accordcadre
par les gouvernements provinciaux et les entités territoriales décentralisées pouvant aboutir à l’inclusion des
priorités de PSCF dans les plans d’actions provinciaux. Le manque de ressources adéquates ne favorise pas le
MNS à développer le plan d’actions prioritaires pour la mise en oeuvre de l’Accord et l’empêche de bien jouer son
rôle de suivi et de supervision. Il y a aussi besoin de poursuivre les efforts du gouvernement visant à établir la
cohérence entre les différents cadres programmatiques de planification politique et stratégique pour éviter le
chevauchement et la duplication du travail entre les institutions étatiques.
7. Étant donné que les reformes de PSCF ont des répercussionsau niveau central et dans les provinces, il s’avère
important d’opérationnaliser la matrice et de développer les mécanismes pouvant faciliter sa mise en oeuvre aussi
bien au niveau national que provincial. Il y a donc nécessité d’utiliser le service d’un consultant qui va renforcer
l’élan pris par le MNS et élaborer, sur base des résultats déjà atteints par le MNS, une stratégie pragmatique et
opérationnellepour le monitoring de progrès dans la mise en oeuvre de l’Accord-cadre.
B. BUT ET OBJECTIFS
L’objectif général est de contribuer à l’opérationnalisation de la matrice des benchmarks et des indicateurs pour
faciliter le suivi de la mise en oeuvre de l’Accord – cadre par tous les ministères sectoriels et l’appropriation
nationale de cet accord.
Plus spécifiquement,le consultant devra :
• Reformuler les Benchmarks et les indicateurs dans des termes simples et utilisables par tous avec des
échéances de leur réalisation ainsi que les acteurs responsables de leur mise en oeuvre ;
• Assurer la cohérence entre la matrice de l’Accord- cadre et les PAP des ministères sectoriels,et élaborer en
étroite collaboration avec le MNS et le Ministère du Plan la matrice de suivi et évaluation de la mise en
oeuvre de PSCF ;
• Identifier les actions nécessaires pour la mise en oeuvre de l’Accord-cadre non repris dans le PAP du
gouvernement et les budgétiser ;
• Elaborer une stratégie de collected’informations relatives à la mise en oeuvre de l’Accord-cadre auprès des
parties prenantes en s’appuyant sur les résultats des travaux réalisés par d’autres experts ;
• Assurer la cohérence entre les priorités de la Mission et les Benchmarks et Indicateurs de l’Accord-cadre,
et produire le plan de suivi et évaluation interne de l’appui apporté par la MONUSCO au gouvernement
pour la mise en oeuvre de l’Accord ;
• Le consultant devra ressortir les valeurs ajoutéesproduites dans le travail de consultance réalisée par les
différentes sections en vue de renforcer la mise en oeuvre du PSCF ;
• Il devra aussi ressortir sur base de ces consultances, les défis majeurs identifiés par ces consultants ainsi
que des stratégies de les contourner éventuellement ;
• Il devra ensuite produire un document type pour la collecte d’informations permettant une évaluation
qualitative et quantitative des reformes déjà mise en oeuvre, ceux qui sont en cours et ceux non encore
initiées. Ce document servira de support rapide aux évaluations périodiques effectuées aussi bien par la
société civile, les partenaires que par le MNS.
C. RÉSULTATS ATTENDUS
• Un rapport global de la stratégie du MNS pour le suivi de l’Accord cadre est produit ;
3
• Un plan de suivi et évaluation de la mise en oeuvre de l’Accord-cadre est élaboré ;
• Une matrice de cohérence entre le PAP des ministères sectoriels et les priorités de l’Accord-cadre est
élaborée ;
• Un plan de suivi et évaluation de l’appui apporté par la MONUSCO à la mise en oeuvre de l’Accord-cadre
est produit ;
• Le personnel chargé de suivi et évaluation du MNS est formé pour tenir l’outil de suivi et évaluation ;
• Une stratégie de collecte d’informations sur la mise en oeuvre de l’Accord-cadre auprès des différents
intervenants aussi bien au niveau national que provincial est élaborée.
D. QUALIFICATIONS
• Éducation:Diplôme post universitaire (Master ou PHD) dans un ou plusieurs des domainesdes Sciences
sociales et Développement, avec une spécialisation en gestion, évaluation des projets et en planification.
• Expérience : Un minimum de 10 ans d’expérience professionnelle en matière de suivi et évaluation des
projets.
• Langues : La maîtrise du français parlé et écrit; la connaissance de l’anglais est un atout.
E. COMPETENCES
• Expertise professionnelle: Grande capacité d’analyse des politiques publiques; Expertise avérée dans la
planification, le monitoring, le suivi et l’évaluation des programmes de développement en particulier dans les
contextes des états post conflit ayant des problèmes complexes mais avec des ressources limitées et
susceptibles d’usages alternatives; Capacité à travailler sous pression dans des conditions parfois difficiles.
• Aptitude à Planifier et à Organiser: Aptitude à établir des priorités, planifier efficacement la répartition des
tâches et gérer les échéances cruciales en respectant les délais.
• Aptitude à la Communication: Excellente capacité à lire, écrire, parler et comprendre le français et l'anglais;
Aptitude à communiquer honnêtement et respectueusement avec des collègues ainsi qu'avec les contreparties
locales; Travailler avec impartialité, intégritéet en toute neutralité.
Les candidatures comprenant une lettre de motivation indiquant le titre du poste ainsi que le lieu
d’affectationet un Curriculum Vitae détaillant les réalisations dans le domaine pour lequel vous
souscrivez doivent être envoyées à l’adresse électronique ci-après:
[email protected] et copié à cet adresse [email protected]

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Responsabilités

Du fait du caractère gratuit de la rubrique emploi de notre site, Radio Okapi n'a pas toujours la capacité de modérer toutes les annonces publiées. Nous attirons donc votre attention sur le fait que Radio Okapi ne peut pas être tenue pour responsable des annonces publiées de bonne foi qui s’avéreraient de nature frauduleuse.

Nous essayons autant que possible de vérifier toutes les offres d'emploi qui nous parviennent. Cependant, soyez vigilant avant de candidater et refusez systématiquement tout "employeur" vous demandant de l'argent pour votre dossier de candidature