Les conséquences de la cohabitation de plusieurs familles dans une petite maison

Normal
0

false
false
false

EN-US
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:”Table Normal”;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent:”";
mso-padding-alt:0in 5.4pt 0in 5.4pt;
mso-para-margin-top:0in;
mso-para-margin-right:0in;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0in;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family:”Calibri”,”sans-serif”;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family:SimSun;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Plusieurs familles vivent dans des conditions précaires dans certains quartiers de Kinshasa et de certaines grandes villes du pays. La situation est alarmante surtout dans les camps des militaires et des agents de la Police nationale congolaise (PNC) où plusieurs ménages cohabitent dans une même pièce.

Cette situation a des conséquences néfastes sur la santé des occupants et sur l’éducation des enfants.

 

- Quelles sont les autres conséquences dues à une cohabitation de plusieurs familles dans une petite maison ?

 

Jody Nkashama discute ce thème avec le sociologue Adelard Kwanzaka.

Fichier audio : téléchargez Flash pour écouter.

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner