Le Potentiel: la Banque Mondiale, complice de la privatisation de la SNEL, creuse à nouveau la dette congolaise

Vue aérienne du barrage hydroélectrique Inga 2 (SNEL). Sur cette photo: le canal, le barrage, les conduites forcées, et la centrale (2005)Vue aérienne du barrage hydroélectrique Inga 2 (SNEL). Sur cette photo: le canal, le barrage, les conduites forcées, et la centrale (2005)

Vue aérienne du barrage hydroélectrique Inga 2 (SNEL). Sur cette photo: le canal, le barrage, les conduites forcées, et la centrale (2005)

Revue de presse du jeudi 9 juin

Le Potentiel: la Banque Mondiale, complice de la privatisation de la SNEL, creuse à nouveau la dette congolaise

Le Potentiel soutient que moins d’une année après l’allègement de la dette congolaise dans le cadre de l’initiative Pays pauvres très endettés (PPTE), la dette publique extérieure de la RDC risque à nouveau d’exploser. Pour ce quotidien, une nouvelle dette d’une valeur de 2 milliards de dollars vient, en effet, d’être contractée par les autorités de Kinshasa auprès de la Banque mondiale.

D’autres prêts sont sur le point d’être contractés par la RDC afin de financer la réhabilitation des centrales Inga 1 et Inga 2 ainsi que la construction d’Inga 3. En conclusion, s’indigne le confrère, le gouvernement congolais, encouragé par la Banque mondiale, a asphyxié la SNEL pour justifier la privatisation de cette entreprise, au profit des entreprises privées.

Banque Mondiale toujours, Le Phare titre: « La RDC doit jouer un rôle déterminant en Afrique ».

C’est le directeur du département réduction de la pauvreté et gestion économique de la Banque mondiale pour la région Afrique, qui l’a dit à la presse kinoise. Dans les colonnes de ce journal, on peut lire que « l’expert de la Banque mondiale a dressé le profil d’une croissance non partagée et noté que la stabilisation du pays et la croissance économique ont eu un impact positif sur les indicateurs clés de mesure de la pauvreté (mortalité maternelle, taux de scolarisation…).

Néanmoins, l’impact de la croissance économique sur l’emploi est négligeable. » On a enregistré aucune croissance de l’emploi dans les PME. Ce profil de croissance pose en effet, de sérieux problèmes de soutenabilité.

La Prospérité: élections apaisées en RDC, Londres insiste

C’est l’ambassadeur du Royaume Uni en poste à Kinshasa qui a rappelé, mercredi, les insistances de Londres pour l’organisation des élections apaisées en RDC lors d’une réception organisée à l’occasion de l’anniversaire de la Reine Elisabeth II.

Le diplomate a même indiqué que le programme de coopération et de développement augmentera de 200 millions $ US en 2010 à 380 millions $ US en 2014. Et, avec cet appui, le Royaume- Uni deviendra le bailleur le plus important de la RDC et la RDC sera un de trois partenaires clés du Royaume-Uni en Afrique, rapporte le quotidien.

Le Potentiel: enjeux électoraux, la classe politique déboussolée

A l’approche des élections 2011, la classe politique peine à se trouver un message à transmettre au peuple congolais. Il y a comme un vide dans le débat politique. Dans l’Opposition tout comme dans la Majorité, aucun débat de fond n’a été jusqu’alors engagé sur les vraies questions d’intérêt national. D’après ce journal, l’Opposition, qui devait jouer le rôle de challenger, donne l’impression de naviguer à vue. C’est le vide total.

La Tempête des Tropiques: alors que son mandat tire à sa fin, l’avenir de la Monusco se discute ce matin à New York

Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC, Roger Meece, doit présenter ce jeudi, son rapport sur la situation de la RDC devant le conseil de sécurité de l’ONU. Au terme de cette présentation, selon le journal, les membres de cet important organe de l’ONU décideront du prolongement ou non du prolongement du mandat de la mission onusienne en RD Congo.

Parlant justement de la Monusco, Le Phare rapporte que « les Casques bleus remplacent les FARDC » à Shabunda, au Sud-Kivu. Le confrère revient au fait sur la conférence de presse hebdomadaire de la Mission onusienne en RDC, tenue mercredi au siège de cette institution à Kinshasa. Le Phare rapporte que la force de la Monusco a lancé l’opération dénommée «Amani ya kweli» (la paix certaine), le 31 mai dernier. Cette opération a pour but d’assurer une meilleure protection des populations civiles, et de combler le vide occasionné par l’absence des troupes FARDC, a indiqué le porte-parole militaire de la Monusco.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner