Le Potentiel : «Probable conclusion de pourparlers de Kampala»

Munyonyo, cadre qui accueille les pourparlers entre le gouvernement et le M23 à Kampala/ Photo Innocent Olenga-Radio Okapi.

Revue de presse du vendredi 8 mars 2013

Les pourparlers de Kampala entamées en décembre 2012 entre le gouvernement et les rebelles du M23 toucheraient à leur fin. Dans sa une de ce matin, Le Potentiel entrevoit une probable conclusion des pourparlers de Kampala et trouve que « le schéma du CNDP revient au galop ». Le confrère constate que Kinshasa a préféré se rapprocher de l’aile Makenga. C’est avec elle qu’il s’apprête à signer un accord à Kampala.

Comme ce fut le cas avec le CNDP en 2009. « Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il faut craindre un revirement dans ce deal contre nature », prévient Le Potentiel.

L’Avenir nous informe de son côté que « recherché par la CPI, Bosco Ntaganda abat vingt-six militaires à Kibumba ».

« Le général déchu Bosco Ntaganda a abattu à bout portant 26 militaires à Kibumba, le lundi 04 mars 2013. Des sources militaires proches du M23/Aile Runiga confient que ce groupe de soldats se préparerait à déserter le camp de Runiga pour se joindre au groupe de Makenga dont le commandement est basé à Bunagana », rapporte le quotidien.

Des sources administratives de Munigi, territoire périphérique de Goma, à 8 kilomètres de Kibumba ont rapporté à L’Avenir qu’un « vent de terreur s’est bel et bien installé dans la cité de Kibumba et ses environs ».

L’Avenir croit savoir que « Bosco Ntaganda bénéficierait toujours du soutien du général James Kabarebe, ministre rwandais de la Défense tandis que Paul Kagame, président du Rwanda aurait déjà souscrit à l’Accord-cadre d’Addis-Abeba qui interdit aux Etats de la région, toute tentative de déstabilisation des voisins ».

Par ailleurs, au Nord-Kivu, Le Potentiel renseigne que le CICR compare Kitchanga à « une vaste scène de désolation ».

Une équipe du CICR qui s’est rendue sur place le 5 mars, a constaté que « des cadavres   jonchaient les rues », indique Le Potentiel. Elle a déploré l’«ampleur des destructions considérables » en observant que « l’hôpital Saint-Benoît, l’un des deux établissements hospitaliers de la ville, a été touché par des tirs d’obus ». Une scène consécutive aux combats de ces derniers jours entre les FARDC et les miliciens de l’APCLS.

La Prospérité consacre sa une à la célébration de la journée internationale des droits de la femme et titre : « Pas de défilé : 8 mars, la rupture ». contrairement à la tradition qui s’est installée depuis quelques années en RDC, le gouvernement n’a pas prévu de défilé ni d’impression de pagne aux motifs particuliers pour célébrer la journée de la femme.

« La décision, toute aussi courageuse, du Gouvernement de la République, à travers le Ministère du genre, qui interdit toute sorte d’extravagance à l’occasion de la célébration de la JIF en RDC n’est ni plus, ni moins qu’une rupture d’avec une tradition qui était sur le point de promouvoir les antivaleurs. Une rupture qui fait que, désormais, les Congolaises réfléchissent sur leur sort, et surtout, sur celui de leurs sœurs violées dans l’Est de la RDC, en vue d’y apporter des propositions concrètes », commente le journal.

« Au lieu de se fâcher contre la mesure gouvernementale, les congolaises devraient plutôt s’y pencher autrement. De toutes les façons, il y a un début à tout. On s’y habituera. Qu’à cela ne tienne, bonne fête dans la méditation à toutes les congolaises », conclut La Prospérité.

Mais l’éditorialiste de Forum des As se demande si c’est un 8 mars pas comme les autres. Des scènes de réjouissances spontanées privées ne sont pas prohibées, rappelle le quotidien. Ainsi, le ” folklore ” qu’on aurait chassé par la porte rentrera par la fenêtre. Comme par effraction. « Un peu à la manière du bon vieux principe de Lavoisier : rien ne se perd, rien ne se gagne », estime le journal.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner