Forum des As: « Brazzaville se moque de Kinshasa ! »

Un vent violant accompagné de pluies avait détruit la tente qui abritait des expulsés de Brazzaville le 19/05/2014 à Kinshasa-Maluku. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Revue de presse kinoise du mardi 3 juin 2014


Forum des As consacre sa une aux travaux de la commission mixte entre les deux Congo réunie depuis lundi pour discuter de l’épineux dossier des expulsions des ressortissants de la RDC de Brazzaville.

Le journal n’est pas tendre avec le chef de la délégation du Congo-Brazzaville. Le quotidien qualifie de « mensonge » les propos tenus par le ministre de l’Intérieur de ce pays au cours de la première journée de cette rencontre.

Là où le nombre d’expulsés s’élève jusqu’à plus de 130 000, le chef de la délégation du pays de Sassou fait état juste de 2 000, note le journal.

Pour ce qui est des sujets de la RDC victimes de contrôle et d’expulsion, 2 000 apparaissent sur notre fichier. Le reste, près de 128 000 personnes est, pour nous, constitué de retours volontaires parce que se sentant concernés par le manque de documents, poursuit le confrère qui cite le même ministre.

“Un vrai mensonge !”, s’emporte Forum des As qui relaie cette fois les chiffres fournis par le ministre de l’Intérieur de la RDC. Richard Muyej fait état d’un total de 136 804 Congolais de la RDC expulsés et retournés forcés.

Forum des As indique qu’à l’issue de ces assises, le Gouvernement de la RDC veut connaître les motivations qui ont poussé les services de migration de la République du Congo à fouler aux pieds, de manière unilatérale, les accords existants, en refusant l’accès sur son territoire à des ressortissants de son voisin.

Dans son édito, le même journal lance : « Ex-Zaïrois rime avec criminalité ! ». Forum des As ne se fait guère d’illusion quant à l’issue des travaux de la Commission mixte entre les deux Congo.

Le ministre de l’Intérieur d’en face s’enferme dans le déni des réalités, soutient le confrère.

Pour le journal, Brazzaville garde depuis le début des expulsions la même ligne. Un peu dans le genre ” circulez, il n’a pas grand-chose à voir “, le missi dominici du Congo- Brazza ne reconnaît que plus de 1000 refoulés. Et tous non seulement des sans papiers, mais surtout des criminels.

Embrayant sur le ” je persiste et signe “, commente le journal, le premier flic d’en face répète à Kinshasa même que les expulsions pourraient se poursuivre tant qu’il y aura des ” criminels “.
Pas besoin d’exégèse pour comprendre que pour Brazzaville, rien de grave ne s’est passé. Juste une opération de police pour nettoyer le Congo des criminels.

De son côté Le Phare revient sur la rencontre entre le chef de l’Etat et les ambassadeurs accrédités dans son pays.

Le journal estime que Joseph Kabila est allé au-delà « du permis en diplomatie » en demandant à ces diplomates de ne pas s’ingérer dans les affaires politiques intérieures de son pays.

Samedi 31 mai, écrit le quotidien, le Palais de la nation a servi de théâtre à un affront à l’endroit des ambassadeurs auxquels Joseph Kabila s’est adressé comme à des enfants de chœur dans une paroisse de son pays, en les accusant de tous les péchés de l’humanité.

Le Phare déplore le ton adopté par le chef de l’Etat dans cette allocution, son énervement « très visible » et sa suffisance.

De son côté, La Prospérité accorde la parole au président du groupe parlementaire UDPS et alliés, Samy Badibanga. A l’opposé de Joseph Kabila, l’opposant encourage Martin Kobler, dans sa mission de bons offices en vue d’un consensus à l’issue d’un Dialogue  politique sans exclusive avec toutes les parties prenantes  congolaises.

«Je tiens à le dire haut et fort : en prenant cette initiative, M. Kobler assume pleinement sa fonction en toute responsabilité. En effet, l’article 14 alinéa b de la résolution 2098 du Conseil de Sécurité du 28 mars 2013 lui donne la mission de bons offices pour promouvoir un dialogue politique transparent et sans exclusive entre toutes les parties prenantes congolaises en vue de favoriser la réconciliation,  la démocratisation et d’encourager l’organisation des élections provinciales et locales crédibles et transparentes », affirme Samy Badibanga, cité par le journal.

Pour sa part, L’Avenir s’intéresse à l’activité parlementaire et revient sur l’adoption hier à l’Assemblée nationale de Projet de loi portant création et organisation de la profession d’huissier de justice.

Le journal indique que cette adoption fait suite de l’adhésion de la République Démocratique du Congo au Traité de l’Ohada qui implique l’adaptation de la législation de la RD Congo, particulièrement celle relative à son système judiciaire, au droit et aux pratiques en vigueur dans les Etats membres de cet espace d’harmonisation du droit des affaires en Afrique, compte tenu de la place de la justice dans le domaine des affaires.

Le confrère rappelle que jusqu’ici les huissiers de justice ont été désignés par les responsables des juridictions de l’ordre judiciaire parmi les fonctionnaires et agents de carrière des services publics de l’Etat mis à leur disposition.

Désormais la profession se libéralise.

Et pour le journal, cette libéralisation doit non seulement amener l’huissier de justice à plus de responsabilité en ce qu’il répond de ses actes devant sa corporation et ceux à qui il a causé préjudice, mais permet aussi de le soustraire des pesanteurs éventuels de la puissance publique.

Forum des As s’intéresse aussi à l’activité parlementaire mais du côté des groupes parlementaires. Le journal révèle que le groupe parlementaire UNC et alliés a un nouveau président. Après la démission de Justin Bitakwira, c’est Jean-Marie Bamporiki qui prend les commandes de ce groupe de l’opposition.

Le quotidien indique que ce député est un des fidèles lieutenants de Vital Kamerhe.

Forum des As revient sur le parcours de cet élu de Kabare au Sud-Kivu. On apprend notamment que le nouveau président du groupe parlementaire UNC et Alliés a été à la tête de la direction provinciale de la DGRAD au Katanga.

Comme son prédécesseur, relève le journal, il est également originaire du Sud-Kivu.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner