La Prospérité : «Ceni, la Case recommande à l’UDPS, l’UNC & Alliés de revoir leur position!»

De gauche à droite Abbé Apolinaire Malu Malu et le Pasteur Ngoy Mulunda, en poignet des mains, s’échangeant des documents lors de la remise et reprise Cei-Ceni ce 3/3/2011

Revue de la presse du mardi 23 septembre 2014

Après que les groupes parlementaires UDPS et UNC & alliés ont poussé leurs délégués à la Commission électorale nationale indépendante à la démission, Gustave Omba (UNC et Alliés) et Jean-Pierre Kalamba (UDPS et Alliés), viennent de recevoir un soutien total de la Commission Africaine pour la Supervision des Elections «Case», indique La Prospérité.

Selon la Case, dans l’accomplissement de leur mission, les membres de la Ceni jouissent d’une totale indépendance par rapport aux forces politiques qui les ont désignés ; ils ne sollicitent, ni ne reçoivent d’instructions d’aucune autorité extérieure.

Dans une déclaration dimanche 21 septembre 2014, à Fatima, ces groupes parlementaires ont sommé Gustave Omba et Jean-Pierre Kalamba à cesser toute collaboration avec la Ceni.

Dans la même déclaration, ces groupes parlementaires avaient annoncé la suspension de leur participation à toutes les plénières ayant pour ordre du jour le débat général sur les projets de lois sur les élections et la révision de la Constitution.

Forum des As, pour sa part, annonce que le Raïs [le chef de l’Etat Joseph Kabila] va se prononcer sur des sujets brûlants depuis la tribune des Nations Unies à New York.

«C’est hier lundi 22 septembre à 4h00’ du matin que le président Joseph Kabila est arrivé au siège des Nations unies à New York, aux Etats-Unis d’Amérique. Comme tous ses homologues du monde, Joseph Kabila participe à la 69ème Assemblée générale de l’ONU. Et la tradition veut que les chefs d’Etat prennent la parole pour apporter leur contribution à la résolution des problèmes qui se posent dans le monde», explique le journal.

Selon La Prospérité, l’intervention du président de la RDC est prévue pour ce jeudi 25 septembre 2014 à 16h00’ heures locales.

Occasion pour Joseph Kabila d’offrir sa lecture au sujet des questions d’actualité dans le monde, mais en commençant, bien entendu, par parler de son propre pays, à savoir la RD Congo, dont la situation intéresse aussi les autres Etats membres de l’Organisation des Nations Unies, conclut-elle

Le Phare titre de son côté : « Gouvernement de cohésion nationale, révision constitutionnelle : le jeu du chat et de la souris ».

Le journal constate que le gouvernement de cohésion nationale, décidé avec rapidité, tarde cependant à naître.

«Sa sortie est imminente, dit-on, chaque jour, mais l’imminence est devenu une année… et pendant qu’on chante sur tous les tons cet avènement imminent, des signaux de discorde sont envoyés de l’Assemblée nationale, qui vient à peine de commencer sa session», s’étonne le quotidien.

Et Le Palmarès d’annoncer un « Recadrage sur la scène politique : le cas Kengo sous examen ».

Pour le journal, l’autorité morale de la Majorité présidentielle, le président Kabila, doit éclairer l’opinion après la sortie du président du Sénat, à l’ouverture de la session parlementaire, lorsqu’il a clairement affiché son opposition à la modification de la constitution.

«A la MP, on s’interroge très sérieusement sur l’opportunité de poursuivre le partenariat conclu avec l’opposition républicaine. Le quota réservé aux Kengistes au sein du gouvernement de cohésion nationale se trouve en ballotage très défavorable», estime le quotidien.

Rapportant les propos du porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, Le Palmarès affirme que ce dernier s’est dit choqué «de voir certaines personnalités se servir des institutions pour défendre leurs points de vue individuels».

Se disant avant-gardiste sur la question, le journal affirme avoir été le premier à signaler, lors de la rentrée présidentielle, cette « prise d’otage» du Sénat par son président.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner