Avant-projet de Constitution : l’âge du candidat président de la République et la forme de l’Etat opposent les députés

Le débat sur

l’avant-projet de Constitution a effectivement démarré hier mercredi à l’Assemblée

nationale. Comme au Sénat, celui-ci s’est focalisé sur les questions sensibles du projet,

notamment, l’âge du candidat président de la République et la forme de l’Etat.

Une

quinzaine de députés sont montés à la tribune. Concernant la forme de l’Etat, la plupart des

intervenants ont estimé que l’heure est venue pour consacrer l’Etat fédéral en République

Démocratique du Congo. L’expérience de l’Etat unitaire a échoué sur toute la ligne, ont-ils

expliqué. « Le plus grand obstacle du développement économique et social de ce pays tient

justement de ce système archaïque de l’unitarisme décentralisé », a souligné à ce

propos, le député Justin Mananga, originaire du Bas-Congo.
rnAppuyant sa thèse,

Justin Mananga a cité le cas de la Province Orientale. En 1970, cette province comptait

plus de dix mille entreprises « qui faisaient sa performance ». Aujourd’hui, il n’ y

en a plus aucune en fonctionnement, a-t-il affirmé, attribuant cette situation aux effets de

l’unitarisme décentralisé.

Comme beaucoup d’autres de ses collègues, ce député

soutient que l’unitarisme a montré ses limites pendant 40 ans. Il faut donc, passer au

fédéralisme, ériger des Etats autonomes qui géreraient les affaires dans les secteurs de

développement tels que l’agriculture, les routes, le développement rural, les négoces entre

provinces, etc.
rnPar contre, bien que minoritaires, d’autres intervenants

ont opté pour l’unitarisme décentralisé. Le Sénat a levé cette option dans la mouture

actuellement en discussion à l’Assemblée nationale. La raison fondamentale soulevée par les

partisans de cette forme de l’Etat, c’est que l’Etat congolais est encore

fragile.

Selon eux, il faut d’abord, à ce stade, consolider l’unité de la RDC, avant

de passer, plus tard, au système fédéral. « Ce n’est pas l’Etat unitaire qui a échoué,

mais plutôt les hommes qui l’ont dirigé », a déclaré El Hadje Mudilo. Pour ce député

originaire de Maniema, la réussite ou l’échec de l’Etat ne sont pas liés à sa forme, mais

plutôt aux hommes. Ce qu’il faut, estime-t-il, c’est le changement de l’esprit des hommes

appelés à diriger le pays.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

RDC (169)
Ebola (63)
FARDC (52)
Ceni (31)
Kinshasa (28)
Beni (28)
Unpc (27)
FCC (26)
Corruption (25)
UDPS (25)
Butembo (21)
Sécurité (20)
Monusco (20)
élection (19)
Police (19)
Goma (18)