Lubuya Bera : les femmes dénoncent la multiplication des mariages forcés

Les femmes de Batiamaduka, un village situé dans la collectivité secteur de Lubuya Bera, à 15 kilomètres au sud de Kisangani, accusent certaines autorités et notabilités de ce secteur d’être à la base des mariages forcés de jeunes filles. C’était jeudi à l’occasion d’une manifestation commémorative de la journée internationale de la femme, note radiookapi.net

Pour ces femmes, les jeunes filles de Lubuya Bera âgées de 13 à 17 ans sont souvent la cible des vieux notables de ce secteur. Celles-ci sont proposées en mariage dès leur tendre enfance moyennant des têtes de bétails. Cela, bien évidemment, sans leur consentement et encore moins celui de la famille.

Ces femmes déplorent aussi la priorité donnée à la scolarisation des jeunes garçons au détriment des filles. Georgette Kasusula, présidente des femmes de la collectivité secteur Lubuya Bera : « Nous sommes très contentes de connaître ces nouvelles lois. Venez souvent nous les apprendre. Ça nous a d’ailleurs révoltées. Désormais, nous n’accepterons plus le mariage forcé. Les filles doivent, elles aussi, étudier comme les garçons. Plus souvent les notables. Avant, nos filles n’étaient prédestinées qu’au mariage. Mais avec l’évolution, nous voyons que la fille peut aussi étudier et travailler pour aider sa famille. Avant, nous marrions nos filles à partir de 13 ans. Elles sont souvent enviées par des personnes très âgées, plus spécialement des notables. Ces derniers sont respectés et nantis, à tel point qu’on ne peut pas leur refuser la main de nos filles. Il faut que cette pratique cesse».