RDC : 1er août, fête des parents et des morts, des cimetières sans entretien

Un ancien cimetière de Kinshasa

Un ancien cimetière de Kinshasa

En RDC, on se remémore le 1er août de chaque année ses parents, vivants ou morts. En ce 1er août 2008, des milliers de Congolais se sont recueillis devant les tombes des êtres chers. Mais ces dernières sont généralement abandonnées et les services commis à l’entretien des cimetières n’existent plus.

Selon Ntoya Kasonda, préposé intérimaire du cimetière Kintambo, les frais alloués à l’enterrement sont reversés à l’Hôtel de ville de Kinshasa. Qui doit en fait entretenir nos cimetières et comment ? M. Ntoya Kasonda donne quelques éléments de réponse : « L’entretien revient normalement à l’Hôtel de ville. Mais comme les gens ne viennent pas, nous nous débrouillons nous-mêmes à le faire avec les fossoyeurs. Les familles qui viennent avant le 1er août, elles viennent montrer les tombes à leurs enfants. Mais celles qui viennent le 1er août apportent bien sûr des bêches, des houes pour entretenir directement »

Pour ce préposé, le travail consiste au nettoyage du cimetière avec les outils de travail. Les services commis à l’entretien des cimetières n’existent plus, souligne-t-il, sans donner plus de détails. « Il faut demander ça aux autorités, conclut-il, résigné.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner