Kisangani : flambée des prix du carburant

On assiste ces deux derniers jours à une flambée des prix du carburant auprès des revendeurs communément appelés « Kadhafi » Un litre d’essence est passé de 900 à 1 300, voire 1 500 FC. Pourtant, affirment les officiels, il n’y a ni pénurie, ni rupture de stock. Les stations de vente continuent à être alimentées, et à leur tour, ils servent régulièrement leurs clients, précise le ministre provincial en charge des hydrocarbures à radiookapi.net

Depuis deux jours, on observe une longue file de véhicules et motos. Ils se bousculent pour être servis aux stations Fina et ex Shell. Ici, un litre d’essence revient à 788 FC. Cependant, les revendeurs ne sont pas servis. Pour avoir du carburant, ces derniers recourent à des tiers qui leur revendent le litre un peu plus cher par rapport au prix officiel. C’est le cas notamment à la procure des missions de l’Eglise catholique. D’òu la hausse du prix de l’essence. Celui-ci passe de 900 FC à 1300 voire 1 500 FC le soir sur les étalages. « La ville de Kisangani n’a pas connu une quelconque pénurie de carburant, affirme le ministre provincial en charge des Hydrocarbures. Il nie même une rupture de stock. Cette hausse du prix de l’essence dans la ville n’a pas encore connu des conséquences. Les prix de course en motos taxis et la traversée en pirogue motorisée n’ont pas changé à ce jour.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner