L’Angola vole du pétrole congolais, accuse le ministre des Hydrocarbures

Exploitation pétrolière

Exploitation pétrolière

L’Angola exploite illégalement des centaines des milliers de barils du pétrole de la RDC par jour. C’est ce que déclare cette semaine l’agence britannique de presse Reuters, qui cite le ministre congolais des Hydrocarbures. Selon René Isekemanga Nkeka,, cité par Reuters, une grande partie de la production de pétrole de l’Angola appartient à la RDC. Le problème réside dans le tracé de la frontière maritime, mais les discussions ont déjà été enclenchées, indique cette dépêche.

En réalité, nous devrions avoir à partir de 500.000 (cinq cent mille) à 1000.000 (un million) (bpj), si l’Angola n’était pas là, indique le ministre Isekemanga. Si nous récupérons, par exemple, rien que le bloc 15, qui produit 400.000 barils par jour, nous sommes déjà à 450.000 “, a-t-il encore confié à la même agence britannique.

Une production de loin supérieure aux maigres 25 000 barils bruts /jour que la RDC produit des puits à terre à l’ouest de la province du Bas-Congo, et qui contribue de manière insignifiante au trésor public.

Beaucoup de plates-formes où l’Angola tire son pétrole sont congolaises, a indiqué le ministre congolais des hydrocarbures à Reuters, évoquant des menaces d’un conflit sur le tracé des frontières maritimes. René Isekemanga Nkeka assure vouloir résoudre le problème.
Une source du gouvernement angolais a déclaré à Reuters que Luanda et Kinshasa sont en discussion sur la question et espère régler ce différend par la diplomatie bilatérale, mais rien de concret n’a été conclu pour l’instant.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner