Sénat : le projet de loi sur les hydrocarbures envoyés à la commission

Exploitation pétrolière

Exploitation pétrolière

Le débat sur le projet de loi sur les hydrocarbures s’est clôturé ce mercredi à la chambre haute du parlement. Les sénateurs proposent qu’il soit amélioré en commission dans le domaine de la gestion et de concession. Pour ce qui est de la ré visitation et de la distribution de l’espace d’exploitation de pétrole entre la RDC et l’Angola, tel qu’évoqué le ministre congolais des hydrocarbures, l’AMP pense qu’il faut privilégier la négociation « entre frères ». Pour un expert pétrolier par contre, les intérêts du pays qui ne sont pas à négocier, rapporte radiookapi.net

A la chambre haute du parlement, certains sénateurs ont estimé que la loi sur les hydrocarbures doit également prévenir les conflits, comme le cas de l’espace maritime au large de Moanda dont fait partie le plateau continental exploité présentement par l’Angola.

Pour Gaston Musemena, député AMP, il faut privilégier le mécanisme de négociation en ce qui concerne la ré visitation et la distribution de l’espace d’exploitation de pétrole entre la RDC et l’Angola : « Nous sommes arrivés à un moment où la coopération régionale doit primer. Et vous savez que la RDC, avec l’Angola, se retrouve dans plusieurs organisations. Mais aujourd’hui, dans le cadre de la région des Grands Lacs, nous nous retrouvons encore ensemble. Voilà pourquoi nous sommes entrain de négocier, étape par étape, pour voir comment régulariser la plupart de nos dossiers. Entre autres, le problème de l’exploitation du pétrole qui se trouve entre nos deux pays. Je crois que le ministre a été responsable. Pour vous dire que la situation actuelle nécessite tout simplement une ré visitation, qui n’est pas un changement comme d’aucuns voulaient le faire passer dans une certaine presse, mais négocier entre frères. »

Jacques Bakulo, coordinateur de l’ONG Centre pour la promotion et l’éducation des communautés de base (Cpeco), et point focal du réseau des ressources naturelles au Bas Congo n’est pas totalement de cet avis.

L’expert pétrolier pense plutôt que, pour tirer profit de ses ressources pétrolières, la RD Congo doit se doter notamment de lois qui organisent le secteur : « Vous devez savoir que cette affaire de pétrole est une affaire nationale. On ne doit pas trop voir le problème [sous l’angle] « les Angolais sont nos frères ». Les Angolais sont nos frères depuis quand ? Depuis l’histoire ! Ils ont exploité le pétrole depuis 24 ans tout en restant nos frères. Ça, c’est une autre affaire. Là, ce sont des intérêts du pays. Le premier problème du Congo, c’est que nous n’avons pas de lois qui régissent l’exploitation pétrolière ou des hydrocarbures en RDC. On a longtemps parlé à M. le ministre, c’est ainsi qu’il arriva à initier cette loi que nous attendons tous. Deuxièmement, les techniciens qui font des recherches sont angolais. Je crois que la RDC doit commencer par organiser le secteur pétrolier. La RDC a du pétrole. Tout ce pétrole qui fait la fierté de l’Angola, moi, je peux vous dire que c’est le pétrole congolais. »

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner