Attaques FDLR à Kaseghe : acte terroriste pour le gouvernement, échec du gouvernement pour l’opposition

Lambert Mende Omalanga, ministre de Communication et des médias, et porte-parole du gouvernement

Lambert Mende Omalanga, ministre de Communication et des médias, et porte-parole du gouvernement

Les récentes attaques meurtrières des FDLR contre une position des FARDC à Kaseghe au Nord Kivu, le jour même du 49e anniversaire de l’indépendance, suscitent des réactions. Le gouvernement qualifie cette action de terroriste visant à démoraliser les populations congolaises, tandis que l’opposition constate l’échec de l’opération militaire conjointe FARDC-armée rwandaise et de la réforme de l’armée nationale, rapporte radiookapi.net

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, intervenant à l’émission Dialogue Entre Congolais hier mercredi, a qualifié l’attaque d’une « action terroriste visant à démoraliser les populations congolaises ». Pour Lambert Mende, cette attaque vise aussi à démontrer que les opérations de répression conduites par l’armée avec l’appui de la Monuc pour désarmer les FDLR ne produisent pas d’effets. Alors que ces opérations, poursuit-il, ont affaibli les FDLR. Mais ces derniers, comme tous les terroristes, ne peuvent vivre que de la peur qu’ils inspirent à leurs victimes, a ajouté le ministre Mende. Et de conclure : « Le défilé de Goma a été un moment fort, un signal très fort pour indiquer que la pacification était en route et que toute cette agitation est une goutte d’eau après l’orage et ils [ Ndlr : les FDLR] sont désespérés parce qu’ils perdent aussi leur fonds de commerce, c’est-à-dire la terreur qu’ils inspiraient aux Congolais. Et voilà, ça donne lieu à des agitations pour démontrer que rien n’a changé. Les Congolais doivent vivre sous la peur et les laisser opérer impunément en territoire congolais

Echec de l’opération militaire conjointe…rn Du côté de l’opposition, on considère cette énième attaque comme une preuve de l’échec notamment de l’opération conjointe FARDC-armée rwandaise menée en février dernier au Nord Kivu contre les FDLR et aussi de la réforme de l’armée. Le député MLC Thomas Luhuka, intervenant lui aussi au cours de la même émission de DEC, explique : « Nous pensons que les victimes de toutes ces exactions sont nos compatriotes qui continuent encore à souffrir. Mais au-delà de ça, ce qui s’est passé mardi dernier à l’Est là-bas, c’est la preuve de deux échecs. Le premier échec est celui de l’opération conjointe. On nous a informé ici que l’opération conjointe avec l’armée rwandaise était une réussite totale, c’est-à-dire que l’opération a atteint son objectif à cent pour cent. L’objectif était de neutraliser les FDLR. Aujourd’hui, nous nous rendons compte que les FDLR continuent à opérer comme avant. D’ailleurs, ils sont devenus un peu plus virulents aujourd’hui. Deuxième échec, c’est l’échec de la réforme de l’armée. Le gouvernement a échoué à réformer l’armée.»rnPour rappel, l’attaque des FDLR mardi dernier à Kaseghe avait fait une dizaine des morts parmi lesquels 3 soldats et 8 combattants hutus rwandais, selon le commandant de l’opération Kimia 2 au Nord Kivu.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner