Arrestation de Murwanashyaka : l'ambassadeur du Rwanda en Allemagne appelle l’Europe à suivre l’exemple de Berlin

Ignace Murwanashyaka

Ignace Murwanashyaka

Christine Nkurinyana a salué mardi l’arrestation à Berlin d’Ignace Murwanashyaka et de Straton Musoni, deux hauts cadres des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda, (FDLR). Une milice qui a causé les massacres des millions de Congolais dans l’est du pays. Elle a demandé aux autres pays européens qui abritent des cadres des FDLR à emboiter le pas à l’Allemagne, rapporte radiookapi.net

Il en va de l’intérêt du gouvernement rwandais que M. Murwanashyaka soit arrêté, vu les actes de barbarie perpétrés dans l’Est du Congo. Mais, il est aussi de l’intérêt du gouvernement allemand de punir des gens qui coordonnent de telles activités à partir de l’Allemagne. Les autres grands acteurs ne sont pas en Allemagne mais dans d’autres pays européens. Nous espérons que ça va se répandre et les autres pays européens pourront agir de la même façon, a déclaré à radiookapi.net Christine Nkurinyana quelques temps après l’arrestation de ces deux cadres des FDLR.
Depuis Kigali, la capitale rwandaise, le procureur général du Rwanda, Martin Ngoga a indiqué qu’il espérait une collaboration dans ce dossier avec Berlin.

rn Satisfaction du gouvernement congolais

Le ministre congolais en charge de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement congolais, se dit satisfait de l’arrestation du leader des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda, FDLR. Lambert Mende a indiqué que cette arrestation est une réponse réservée à une requête que le gouvernement congolais a adressé aux différents Etats représentés dans les forces de la Monuc et qui participent aux efforts de pacification à l’Est de la RDC, mais dont les territoires ont paradoxalement servi de lieu de coordination des actes de ce groupe”terroriste”.

Le porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende a affirmé qu’il y a plusieurs mois, le gouvernement congolais avait adressé de manière répétitive une requête à un certain nombre d’Etats européens représentés dans la force de la Monuc et qui participent aux côtés du gouvernement congolais aux efforts de la pacification à l’Est de la RDC. Mais, les territoires de cepays, a poursuivi le ministre, ont paradoxalement servi de lieu de coordination des actes de ce groupe terroriste(FDLR). Groupe qui, selon lui, met en danger tout le processus de paix dans le pays . Il a ajouté que son gouvernement espère que ce n’est qu’un début. Car M. Murwanashaka n’est pas le seul responsable des FDLR qui, à partir de l’Europe, coordonne la déstabilisation de la RDC.

Un précédent heureux

Par ailleurs, Jason Stearns, ancien coordonateur du groupe d’experts des Nations unies sur la RDC et actuellement expert consultant sur l’Afrique centrale, a fait savoir à son tour que cette arrestation est un bon précédent pour les autres pays parce que, poursuit-il, les FDLR ont des réseaux dans beaucoup de pays. Il affirme même qu’il a eu à se documenter sur les réseaux FDLR en RDC : à Lubumbashi, Kinshasa, Bukavu et Goma, puis en Tanzanie, aussi en France, en Belgique et partout ailleurs. Jason Stearns souligne que ce précédent va permettre aux autres pays qui hébergent différents leaders FDLR et différents officiers de liaison FDLR de commencer à agir.
Il y a plusieurs années, les autorités allemandes suivent un peu les mouvements de Murwanashaka. Elles ont effectivement essayé de l’arrêter en 2006 et ont dû le relâcher par ce qu’il n’y avait pas assez de preuves contre lui. Mais aujourd’hui, c’est une arrestation sur base d’une appartenance à une organisation terroriste. C’est une nouvelle accroche pour le traduire en justice, ajoute-t-il.
Depuis le retrait des Rwandais vers fin février 2009 des opérations mixtes Rwanda-RDC ( Umoja Wetu ), l’armée congolaise, les FARDC, traque seule les FDRL dans une opération dénommée Kimia 2, appuyée par la Mission de l’Onu en RDC. La Monuc a notamment rapatrié 1.300 de ces rebelles au Rwanda depuis le début de cette année.
Au moins 35% du potentiel des FDLR ont été neutralisés en 9 mois pendant ces opérations.
Selon l’organisation Human Rights Watch, les FDLR ont commis 630 meurtres de civils entre janvier et septembre 2009 et la Monuc, quant à elle, accuse ces derniers de multiples exactions contre les populations civiles.
Certains de ces rebelles, dont le nombre est estimé entre 4000 et 8000 en RDC, ont participé au génocide de 1994 au Rwanda.
Le leader et porte-parole des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda, FDLR, a été arrêté ce mardi en Allemagne, avec un autre sujet rwandais, Straton Musoni, soupçonné appartenir également au réseau FDLR. Cette double arrestation a eu lieu dans la région de Stuttgart, dans le sud-ouest de l’Allemagne. Ces deux sujets rwandais sont accusés d’exercer une importante influence sur la milice FDLR qui a tué des civils en RDC, selon le parquet allemand.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner