RDC: carburant, une nouvelle hausse des prix s'annonce

Files d'attente dans une station de carburant à Kinshasa

Files d'attente dans une station de carburant à Kinshasa

Certaines stations services de carburant de Kinshasa ont fermé depuis mercredi soir. Ce qui n’était encore qu’une rumeur se confirme de plus en plus. Les prix de carburant doivent augmenter dans les heures qui viennent. Le vice-président national de l’association des sociétés pétrolières privées du Congo, Emery Mbatshi Bope, l’a confirmé jeudi matin à radiookapi.net

Si la hausse des prix des carburants intervient tel qu’attendue, elle sera la deuxième en l’espace d’un mois. La dernière révision des prix étant intervenue le 20 octobre dernier. Les prix des produits des pétroliers avaient subi une augmentation des 7%. Pourquoi une autre augmentation en si peu de temps ? Selon le vice-président national de l’association des sociétés pétrolières privées du Congo, Emery Mbatshi Bope, plusieurs paramètres économiques nécessitent ce réajustement. Le premier paramètre est celui lié à la dévaluation du Franc congolais par rapport au dollar américain. Dans la structure actuelle des prix, explique Emery Mbatshi Bope, le taux de change officiel est de 877,1 Francs congolais pour 1 dollar américain. Pourtant sur le marché, on constate que le taux de change a sensiblement bougé vers la hausse. Aujourd’hui, les banques appliquent le taux de 906 Francs congolais pour l’achat de 1 dollar, alors que sur le marché parallèle ce taux est de 920 voire 925 Francs congolais. Par conséquent, souligne Emery Mbatshi Bope, les sociétés détentrices des stations de distribution manipulent une masse monétaire importante, mais celle-ci est insuffisante pour acheter la devise et refaire leur stock, précise-t-il.

Le deuxième paramètre qui nécessite l’augmentation des prix, toujours d’après Emery Mbatshi Bope, c’est le prix d’achat des produits pétroliers auprès des distributeurs. Dans l’ancienne structure des prix, explique-t-il, la tonne métrique d’essence se négociait au taux de 719 Francs congolais et celle du gazole à 635 Francs congolais. Actuellement, les distributeurs vendent à plus de 975 Francs congolais pour la tonne métrique de l’essence et 970 Francs congolais pour le gazole. Ces deux éléments sont nécessaires, à côté du volume, pour déterminer les prix de vente du carburant à la pompe, précise Emery Mbatshi Bope. « Aussi longtemps que tous ces paramètres ont pris l’ascenseur, il faut que les prix des produits pétroliers soient revus à la hausse, autrement les stations continueront de vendre en pure perte », déclare-t-il.
Emery Mbatshi Bope affirme aussi que le comité de suivi de la structure des prix des carburants terrestres a déjà préparé la nouvelle structure des prix. D’après lui, le ministre des Finances, Athanase Matenda qui fait l’intérim de son collègue décédé, ne devrait pas tarder à publier les nouveaux tarifs. L’attitude actuelle des pétroliers doit être comprise comme une sorte de pression pour que la révision des prix intervienne le plus tôt possible afin d’éviter la pénurie, conclut M. Mbatshi Bope.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner