Kasese : la population dans la hantise d’une attaque des FDLR

L’ultimatum lancé le 16 février par les rebelles des FDLR pour une négociation avec les autorités du Maniema, en vue de libérer environ 50 habitants de la localité de Nkumwa pris en otage le 8 février, a expiré vendredi à minuit. La population vit dans la hantise. Le gouverneur du Maniema joue à l’apaisement.

Les éléments des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) avaient annoncé, mardi, leur intention de lancer une nouvelle attaque contre la localité de Kasese, située à  370 Kilomètres de Kindu en territoire de Punia, si leurs exigences ne sont pas respectées. Outre la négociation avec l’autorité provinciale, ils ont réclamé un ravitaillement en nourriture et la séparation entre populations civiles et militaires.

Réagissant à ces menaces qui effrayent la population de Kasese, le gouverneur du Maniema a lancé un message d’apaisement.

Didi Manara Linga a déclaré qu’il n’y aura pas de négociation avec les FDLR, affirmant que toutes les dispositions sont prises pour sécuriser la population.

Lors d’une attaque lancée le lundi 8 février dans la carrière minière dite « D 25 » à Nkumwa, les FDLR avaient déporté environ 50 habitants pour le transport d’une tonne de cassitérite pillée dans cette mine. Auparavant, ils avaient tué deux militaires des Forces armées de la RDC pour intimider la population, selon des témoins.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner