Bandundu : la population délaisse le manioc pour des cultures plus rentables

Le manioc est devenu rare dans les localités de Musamba et Dinda, à 145 et 90 Km de la cité de Kenge, dans le Bandundu. La production a baissé suite à un désintéressement de la population face à cette culture qui, bien que constituant leur aliment de base, est peu rentable.

Selon l’administrateur du territoire de Kenge, Placide Kazumba, les populations de ces deux localités, estimées à 60 000 personnes, ont préféré cultiver du niébé ou du maïs qui leur rapportaient davantage.

«Nous avons sensibilisé la population à ce propos. Et nous avons introduit des boutures améliorées», a-t-il expliqué.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner