Coupe du monde des clubs: Deo Kanda parle de son apport à Raja

Deo Kanda, nouvelle recrue de Raja Casablanca du Maroc/ Ph. Droits tiers

Le club marocain de Raja, dont fait partie l’international congolais Deogracias Kanda- A-Mukok, a perdu la finale de la 8e édition de la coupe du monde des clubs champions –Maroc 2013 face au club allemand de Bayern Munich samedi 21 décembre (0-2), à Marrakech. Avec son expérience des deux finales de cette compétition, Deo Kanda affirme avoir contribué moralement et techniquement pour que Raja atteigne pour la première fois ce niveau.

 

Dans une interview accordée a fifa.com, Deo Kanda, qui a été présent dans l’effectif des Corbeaux en 2010 à Abou Dabi face à Inter Milan (0-3) et dans celui des Aigles Verts pour l’édition 2013 à Agadir et Marrakech),  a déclaré:

«C’est vrai, je suis peut-être le porte-bonheur. Avant le match, j’avais parlé à plusieurs coéquipiers pour leur raconter mon expérience contre l’Internacional. Je leur ai dit que nous avions une chance d’y arriver, qu’il n’y avait rien d’écrit d’avance à part la possibilité d’entrer dans l’histoire. Mme si ce n’était pas facile, nous y sommes parvenus et c’est un réel plaisir.»

Le TP Mazembe avait montré la voie en devenant la première équipe non européenne ou sud-américaine à disputer la finale. Le Raja lui a emboîté le pas, bien aidé par un Kanda dont l’apport a été aussi important autant dans le vestiaire que sur le terrain, grâce à l’expérience de deux Coupes du monde des clubs avec le club congolais en 2009 et 2010.

«J’ai beaucoup progressé grâce à ces deux expériences», affirme celui qui, à 24 ans, a déjà six saisons professionnelles dans les jambes, dont quatre avec le Tout puissant Mazembe. «Maintenant, j’ai acquis de l’expérience que je vais essayer de mettre à profit pour apporter un plus à mon équipe», poursuit-il.
Par ailleurs, l’ancien joueur de Mazembe admet qu’il n’est pas facile de débuter la rencontre sur le banc :

«L’entraineur a des choix difficiles à faire, car on a de très grands joueurs. Donc, je m’adapte mais je suis toujours prêt, à n’importe quelle minute, à jouer et à essayer de faire un peu la différence. »

Deo Kanda l’a encore prouvé en entrant à la 76e minute contre l’Atlético Mineiro, alors que le score était de 1:1. Un quart d’heure plus tard, les Marocains célébraient une victoire (3:1), grâce notamment aux performances techniques de Kanda, Mouhssine Lajour ou Mohcine Moutaouali.

Lire aussi sur radiookapi.net:

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner