Nouvelle grève des transporteurs routiers sur l’axe Kinshasa-Matadi

Des véhicules poids lourds à Boma dans la province du Bas-Congo (Photo Radio Okapi)

Réunis au sein de la Force ouvrière du Congo (FORC), les transporteurs routiers exploitant l’axe Matadi-Kinshasa observent, depuis lundi 16 novembre, une grève. Ils revendiquent l’application du protocole d’accord du 19 février 2013 qui prévoit notamment un salaire de 375 dollars américains, pour le chauffeur, et 200 dollars américains, pour le convoyeur.

Le président de la FORC, André Tshikoj, dénonce la mauvaise foi des employeurs des véhicules poids lourds qui, depuis trois ans, n’ont respecté aucun de leurs engagements.

«Aujourd’hui, aucune avancée, les promesses faites par les patrons de ces entreprises de transport n’ont pas été tenues. Pas d’augmentation de salaire et de prime, pas de repos pour les chauffeurs, pas d’assurances maladie, pas de payement d’arriérés de prime», s’est-il plaint.

A Matadi, chef-lieu du Kongo Central, les camions poids lourds sont immobiles dans les garages et invisibles sur les grandes artères de la ville.

A (re) Lire: La grève des conducteurs des poids lourds continue de paralyser les activités douanières à Matadi et Boma

Du quartier Ango Ango en passant par la route menant vers le Pont Maréchal, au pont Mpozo à l'entrée de la ville de Matadi, il n’y a pas de trafic des véhicules poids lourds comme à l’accoutumée.

Un  ralentissement des mouvements d’entrée et de sortie des conteneurs au port international de Matadi est perceptible depuis le déclenchement de ce mouvement de grève, qui jusque-là n’a enregistré aucun incident.

André Tshokij déplore le fait que les employeurs présentent de fausses données à la commission timbre pour entrer aux ports et différents endroits de chargement.

/sites/default/files/2015/web-reactionassociationdestransporteursandretshikoji-00.mp3

La grève des transporteurs risque d’avoir des conséquences sur la ville de Kinshasa notamment la rareté de certaines marchandises et l’engorgement au port de Matadi. Le gros des marchandises que les navires déchargent à ce port sont évacués par les transporteurs routiers, le trafic ferroviaire étant devenu quasi inopérationnel.

Pour la même raison, les transporteurs routiers entre Kinshasa et Matadi avaient déclenché un mouvement de grève similaire le 29 septembre 2014. Ce mouvement avait été suspendu, dix jours après, à la faveur de la reprise des négociations entre les deux parties à Kinshasa.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner