RDC: Azarias Ruberwa déplore le retard dans la convocation du dialogue politique

Azarias Ruberwa, président du RCD invité du dialogue entre Congolais. Kinshasa/RDC le 23/02/2012, Radio Okapi/Ph. Aimé-NZINGA

Le président du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), Azarias Ruberwa, déplore le retard pris pour convoquer le dialogue politique initié par le chef de l’Etat. Ces assises permettront de discuter de plusieurs problèmes comme le budget des élections, le fichier électoral et l’enrôlement de nouveaux majeurs, a-t-il estimé samedi 21 novembre dans une interview à Radio Okapi.

«Nous n’avons toujours pas de dialogue, cinq mois après. Nous avons jugé nécessaire de tirer une sorte de sonnette d’alarme pour dire qu’il est fondé de tenir un dialogue politique, en ce moment où les élections prévues pour 2015» ne se sont pas tenues, a affirmé Ruberwa.

Il a appelé le Président de la République à mettre en œuvre ce dialogue, qui peut, selon lui, aider à «régler anticipativement une crise politique qui se met en place.»

Azarias Ruberwa propose de discuter avec les opposants congolais anti-dialogues sur «la nécessité de se parler».

«Je suis très conscient, avec mon parti, des divergences de taille qu’il y a. En même temps, il nous est très clairement acquis que rien ne peut remplacer ce dialogue », a poursuivi le président du RCD.

Ce forum annoncé depuis de longs mois n’a toujours pas été convoqué. Pourtant, à l’issue d’une réunion des chefs de principales institutions de la RDC autour du président Kabila, le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Evariste Boshab, avait annoncé lundi 2 novembre que ce dialogue politique «pourrait être convoqué incessamment.»

Certains députés avaient même avancé la date du 15 novembre pour l’ouverture de ces assises à Kinshasa ou dans la ville de Moanda dans le Kongo Central.

Les sujets prévus à l’ordre du jour de ce dialogue politique, selon eux, seraient notamment le calendrier électoral, l’enrôlement de nouveaux majeurs, la sécurisation du processus électoral, le budget des élections.

A cette liste devraient s’ajouter la restructuration de la commission électorale et probablement la constitution d’une nouvelle équipe gouvernementale.

La communauté internationale, elle, a souhaité un «dialogue inclusif», organisé dans le respect de la constitution.

Mais, le principal parti de l’opposition, UDPS d’Etienne Tshisekedi, a rejeté tout dialogue qui serait convoqué par Joseph Kabila, préférant plutôt participer à un forum convoqué par un facilitateur international désigné par le Secrétaire général des Nations unies.  

Une autre partie de l’opposition a également rejeté ce dialogue. Réunie en convention mercredi 4 novembre à Kinshasa, la Dynamique de l’opposition, une plate-forme qui regroupe plusieurs politiques dont l’UNC, le MLC, l’Ecidé et l’Envol, a fait savoir que ce dialogue ne pourra que favoriser le glissement du mandat présidentiel qui aboutirait à un report des élections prévues en 2016.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

Ebola (85)
Ceni (85)
RDC (73)
élection (64)
Elections (64)
FARDC (45)
Beni (43)
Monusco (39)
Opposition (32)
ADF (30)
Vclub (27)
FCC (25)
Caf (23)
Léopards (20)
Mazembe (20)
Linafoot (20)