Ultimatum lancé à l’ex-M23 : il n’y aura pas de prolongation, selon François Muamba

François Muamba Tshishimbi, coordonnateur national du mécanisme de suivi de l'accord d'Addis-Abeba au palais de la nation à Kinshasa lors des consultations organisées par le Président Joseph Kabila. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Il n’y aura aucune prolongation pour le rapatriement des ex-rebelles du  M23 vivant en Ouganda, a fait savoir lundi 1er décembre le coordonnateur du mécanisme national de suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, François Muamba.

Ces anciens rebelles, estimés à plus d’un millier, doivent être rapatriés sur le sol congolais au plus tard le 15 décembre prochain. Un ultimatum lancé par les ministres de la Défense de la Conférence internationale pour les Grands Lacs.  

A (re)Lire: CIRGL: les ministres de la Défense fixe un ultimatum à l’ex-M23

« Tout est maintenu et il n’y a aucune raison pour que ça bouge. C’est une décision du gouvernement de la RDC d’une part et d’autre part, la décision a été prise dans un cadre régional », indique François Muamba.

Le premier délai accordé à ces rebelles pour regagner le territoire congolais avait expiré en août de la même année.

Pour le coordonnateur national du mécanisme de suivi, cet ultimatum est une dernière chance accordée à ces ex-rebelles qui se sont réfugiés en Ouganda après avoir été défaits au Nord-Kivu en novembre 2013.  

« C’est une dernière chance qu’on leur donne. Il faut que chacun s’assume et assume ses responsabilités. Nous avons tous signé l’accord-cadre d’Addis-Abeba. En ce qui concerne l’Ouganda, nous disons que cet accord interdit à un pays de tolérer une force négative susceptible de nuire au voisin », a ajouté François Muamba, évoquant l’accord signé par onze pays africains pour la paix dans l’Est de la RDC.

Le M23 « n’a pas été associé »

Le président de cette ex-rébellion, Bertrand Bisimwa, affirme que son mouvement a appris l’ultimatum de la CIRGL à travers les médias.

Selon lui, la Direction de l’ex-mouvement rebelle n'a pas été associée aux différentes décisions de rapatriement de ses ex-combattants.

Le président de l’ex-M23 dit toutefois avoir répondu à l’appel du Conseil de sécurité de l’ONU qui demande au leadership de cet ex-mouvement armé de s’impliquer dans le processus de mise en œuvre des déclarations de Nairobi dans lesquelles le mouvement rebelle s’était engagé à mettre fin à l’activisme militaire.

Un coordonnateur a même été nommé à cet effet, le 16 novembre dernier, a-t-il fait savoir.

Mais le Gouvernement congolais n’a jamais entériné cette nomination, a déploré Bertrand Bisimwa.

Alors le gouvernement congolais accuse les leaders de l’ex-M23 de manipuler leurs soldats pour qu’ils ne se rentrent pas en RDC, Bertrand Bisimwa affirme que ces ex-combattants sont cantonnés dans un camp militaire à 600 km de la capitale ougandaise. A l’en croire, le leadership de l’ex-mouvement rebelle n’est pas autorisé à leur rendre visite.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

RDC (175)
Ebola (57)
FARDC (54)
Kinshasa (36)
Beni (36)
Ceni (32)
Monusco (30)
FCC (28)
Yumbi (26)
élection (26)
Linafoot (23)
Sécurité (23)
Corruption (23)
Mazembe (22)
Caf (22)
UDPS (22)