La RDC veut poursuivre Germain Katanga, condamné par la CPI

Germain Katanga lors d’une audience au siège de la Cour pénale internationale à La Haye, Pays-Bas © ICC-CPI

Kinshasa a annoncé lundi 18 janvier sa volonté de poursuivre l'ancien chef de guerre congolais Germain Katanga, condamné en 2014 par la Cour pénale internationale (CPI) à 14 ans de prison pour son rôle dans un massacre lors du conflit en Ituri en 2002. 

Germain Katanga a été transféré à Kinshasa en décembre pour finir de purger sa peine et était censé sortir de prison ce lundi.

Mais « il ne sera pas libéré », a déclaré le ministre congolais de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, dans un entretien avec l'AFP.

M. Katanga « a été poursuivi auprès de la CPI pour des crimes bien précis, mais il reste impliqué dans d’autres dossiers tout aussi graves », a justifié le ministre, précisant que « deux procédures (étaient) en cours contre lui » en RDC.

La première « concerne son rôle dans l'assassinat de neuf Casques bleus » en Ituri en 2005, a ajouté M. Thambwe Mwamba. La seconde touche aux « contacts » que M. Katanga a « continué à avoir avec d'autres officiers qui sont poursuivis », a encore dit le ministre, sans donner davantage de détails afin de préserver le secret de l'instruction.

M. Katanga « aura un procès tout à fait juste », a assuré le Garde des Sceaux, « il peut recourir à tous les avocats qu'il veut pour pouvoir se défendre ».

Surnommé Simba ("Lion" en swahili) pour sa férocité lorsqu'il était à la tête de sa milice des Forces de résistance patriotiques en Ituri (FRPI), M. Katanga, 37 ans, a été condamné par la CPI en 2014 à 12 ans de prison pour sa complicité dans l'attaque d'un village du nord-est de la RDC ayant fait environ 200 morts en 2003.

Il avait été transféré à Kinshasa le 19 décembre, avec un autre Congolais condamné par la CPI, Thomas Lubanga, afin de finir sa peine en RDC.  

Quelques jours après le retour de Germain Katanga à Kinshasa, HRW avait demandé aux autorités de la RDC que l’ancien milicien soit jugé de façon équitable et rapide.

« Le Congo peut poursuivre Germain Katanga pour des crimes de guerre autres que ceux pour lesquels il a été condamné par la CPI. Mais les autorités congolaises doivent lui garantir, ainsi qu'à ses trois co-accusés, un procès équitable et rapide », avait déclaré Géraldine Lattioli-Zeltner, directrice de plaidoyer au sein du programme Justice Internationale de HRW.  

(Avec AFP)

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner