Crise au Burundi : le conseil de sécurité de l’Onu préconise le dialogue

Les membres du Conseil sécurité de l'ONU sont arrivés au Burundi jeudi 22 janvier 2016 pour tenter de mettre fin à l'instabilité politique qui a déclenché des violences meurtrières. Photo MONUSCO/Jean Tobie Okala

Les ambassadeurs de l’Onu redoutent une dégradation possible de la crise au Burundi. A l’issue de leur réunion, vendredi 23 janvier, avec le président Pierre Nkurunziza, ils ont estimé que solution aux tensions actuelles dans le pays est le dialogue.

«On redoute effectivement toujours une dégradation possible. Et c’est la raison pour laquelle on est venue ici pour échanger avec les autorités burundaises. Le Conseil de sécurité estime qu’il n’y aura pas de solution par la force à la crise actuelle», a affirmé l’ambassadeur de la France au conseil de sécurité de l’Onu, dans une interview accordée à la presse.

La délégation onusienne dit avoir terminé sa mission avec satisfaction après avoir fait passer son message de paix à toutes les parties impliquées au conflit burundais.

De son côté, le président Nkurunziza a rejeté  devant ses hôtes les appels pour un dialogue inclusif.

« Nous avons déjà pris notre position et avons envoyé notre délégation dans ce dialogue (à Arusha). Notre position est de respecter la constitution et l’accord d’Arusha », a déclaré le chef de l’Etat Burundais.

Il a également refusé l’idée de l’envoi d’une force d’intervention internationale au Burundi.

« Entre nous et la communauté internationale, il y a des principes à respecter pour que de telles décisions (sur l’envoi d’une force internationale au Burundi) soient prises », a ajouté Nkurunziza.

Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA) a décidé mi-décembre l'envoi d'une Mission africaine de prévention et de protection au Burundi (Maprobu), forte de 5 000 hommes, pour tenter d'enrayer la crise.

Ce que le président Pierre Nkurunziza a prévenu qu'elle serait considérée comme une « force d'invasion et d'occupation » et combattue comme telle.

La délégation onusienne a dit être attentive à cette perception du président Burundais qui exerce un troisième mandat sous haute tension dans son pays.

La visite des membres du Conseil de sécurité est la deuxième en moins d'un an au Burundi. Le pays est plongé dans une grave crise depuis l'annonce fin avril de la candidature du président Nkurunziza à un troisième mandat controversé.

Ce déplacement marque l'inquiétude internationale d'une nouvelle spirale incontrôlable dans ce pays d'Afrique des Grands Lacs, à l'histoire postcoloniale jalonnée de massacres entre majorité hutu et minorité tutsi.

Les violences actuelles ont déjà fait plus de 400 morts et contraint à l'exil plus de 200 000 personnes, selon l'Onu, citée par l’AFP.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner