Obsèques de Papa Wemba : une aubaine pour les commerçants

Devant la foule, le cortège quittant le palais du peuple en direction de la commune de Kalamu au quartier Matonge pour l’exposition de la dépouille au village Molokai à Kinshasa, le 02/05/2016. Radio Okapi/John Bompengo

Les obsèques de Papa Wemba ont officiellement débuté lundi 2 mai et se poursuivront mardi avent que l’enterrement prévu mercredi 4 mai au cimetière « Entre ciel et terre ». Des hommages lui sont rendus au Palais du peuple, mais aussi dans son « village » Molokai, un acronyme crée par l’artiste, en combinant les noms des avenues du quartier Matonge. Sur place, les commerçants en profitent pour faire des affaires. Ils proposent des badges, habits, képis et autres articles avec effigies de celui qui se faisait appeler 100% stars. Les acheteurs, eux, s’en réjouissent. Pour eux, l’occasion leur est propice pour garder un souvenir du « Roi » de la rumba congolaise.

Plusieurs vendeurs proposent des képis à 200 Fc (0,22 USD), un badge avec photo de Papa Wemba à 500 Fc (0,55 USD), T-shirt et de chemises à 10 000 Fc (10.93 USD).

Un des commerçants explique que c’est une aubaine pour vendre l’image de Papa Wemba :

« Il était un artiste qui était parmi nous. Il est parti et nous vendons ces affaires pour ceux qui ne le connaissaient pas puissent le connaitre ».

Plusieurs acheteurs trouvent que c’est l’occasion de garder un souvenir de ce musicien talentueux que la RDC a perdu.

« J’ai acheté son macaron à 500 Fc (0,55 USD). J’achète des habits pour garder le souvenir et pleurer de mon grand frère afin de lui prouver mon amour », affirme une dame.

Les peintres aussi profitent de ces obsèques pour proposer des tableaux à leurs clients.

On peut voir sur ces tableaux, la représentation de Papa Wemba lors de son dernier concert à Abidjan en Côte d’Ivoire.

« Je représente l’artiste musicien afin de lui rendre un dernier hommage. Ce tableau pourra aider les propriétaires à se rappeler de cet artiste. Quelqu’un peut avoir des problèmes, mais une fois qu’il regardera ce tableau avec le visage de Papa Wemba, il pourra reprendre son sourire », explique un peintre.

Des vendeurs ambulants disent aussi avoir fait de bonnes affaires. Même s’ils n’ont pas voulu nous parler de leurs recettes, ceux qui proposent l’eau en sachet et des papiers mouchoirs se disent contents de l’engouement des gens au quartier Matonge.

Il en est de même des tenanciers des restaurants de fortune et des bistrots situés le long du couloir Madiakoko.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner