Kinshasa : la marche du PPRD reportée «sur demande du gouverneur de la ville»

Des membres du PPRD à Kinshasa, le 15/05/2015 lors du congrès extraordinaire de ce parti politique. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

La marche du PPRD et les alliés de la majorité présidentielle prévue jeudi 26 mai est reportée à une date ultérieure. Selon le secrétaire général adjoint du parti présidentiel, Emmanuel Ramazani Shadari, c’est sur demande du gouverneur de la ville que cette marche de compassion envers les populations de Beni, mais également de soutien au dialogue national et à l’arrêt de la Cour Constitutionnelle, est postposée à une date ultérieure.

« Nous avons connu une divergence avec l’autorité urbaine qui a dit qu’elle ne pouvait pas nous aligner tous sur une même avenue pour éviter une confrontation. Il [le gouverneur] nous a supplié pour l’intérêt supérieur des Kinois de postposer notre manifestation à vendredi ou samedi », a déclaré Emmanuel Ramazani Shadari.

Selon le secrétaire général adjoint du PPRD, le gouverneur de la ville leur a expliqué que la police ne pouvait pas contenir les deux manifestations.

« Nous avons accepté parce que les raisons qu’il a évoquées sont à 55% étaient acceptables. Le gouverneur nous a aussi interdit de passer par l’avenue ex-24 novembre [l’actuelle Libération] », a affirmé Emmanuel Ramazani Shadari.

Le G7, la Dynamique de l’opposition et le Front citoyen comptent organiser une marche pacifique jeudi 26 mai à travers le pays. À Kinshasa, le gouverneur a autorisé que cet événement ait lieu alors que dans d’autres villes comme Beni, Goma et Lubumbashi dans le Haut-Katanga, les autorités ont refusé que ces marche aient lieu.

À travers cette marche, l’opposition compte mobiliser la population pour dire "non" à l’arrêt rendu de la Cour constitutionnelle et exiger la tenue des élections dans les délais constitutionnels", a déclaré Christian Badose, l'un des organisateurs de cette marche à Goma.

Appel au calme

Au cours de sa conférence hebdomadaire tenue mercredi 25 mai, la Mission onusienne en RDC (Monusco) appelle la population au calme et  les forces de l’ordre à la retenue.

«Nous appelons globalement la population au calme,  à la retenue et nous souhaitons que ces manifestations soient bien organisées et bien encadrées par les organisateurs eux-mêmes», a déclaré le porte-parole a.i de la Monusco, Charles Antoine Bambara.

Il a aussi invité les forces de sécurité à avoir de la retenue.

«Si les forces de l’ordre doivent intervenir, nous savons qu’il y a des équipements spécialisés, spéciaux, pour le contrôle des foules. Au niveau de la Monusco, il faut dire qu’une équipe pluridisciplinaire sera sur le terrain pour faire du monitoring constant», a précisé Charles Antoine Bambara.

La Monusco a reconnu le droit de manifester régi par la constitution de la RDC et les instruments internationaux auxquelles elle a souscrit.

« Il y a un droit de manifester dans ce pays régi par la constitution et par des textes internationaux auxquels adhère la RDC. Il y a des nuances, c’est vrai, sur les raisons pour lesquelles les uns et les autres appellent à manifester, mais globalement, quelles que soient les raisons qu’ils avancent, ils ont un droit, le droit de manifester », a ajouté le porte-parole intérimaire de la Monusco.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner