Nord-Kivu: reprise timide d’activités à Kibirizi après des tensions ethniques

A coté de leur maison d'habitation, les membres d'une même famille suivent le passage du cortège du gouverneur du Nord-kivu, lors de sa première visite officielle à Rutshuru après le conflit Ph John Bompengo/ Radio Okapi

Des activités ont timidement repris mercredi 20 juillet dans la matinée, à Kibirizi, après des tensions ethniques observées dans cette localité du territoire de Rutshuru (Nord-Kivu).

Ces tensions ont été déclenchées après que sept personnes avaient été tuées et cinq autres blessées lors d’une incursion d’hommes armés, dans la nuit du 18 juillet.

Les FARDC disent avoir le contrôle de toute la situation ; alors que les autorités provinciales du Nord-Kivu, elles, envisagent des mesures sécuritaires qu’elles gardent encore secrètes.

Des militaires en patrouille nocturne affirment avoir croisé, dans la nuit dernière, un groupe de jeunes munis d’armes blanches. Ils juraient de venger des membres de leur communauté, tués la nuit de lundi à mardi dernier, par des miliciens.

Pour les dissuader, l’armée a lancé des tirs de sommation et les manifestants se sont dispersés.

Un jeune homme d’une vingtaine d’années a été blessé par balle au niveau de l’abdomen. Il est actuellement admis aux soins au centre de santé de Kibirizi.

D’après des sources locales, deux maisons ont été incendiées par des inconnus, dans la même nuit.

Pour l’instant, tous les membres de la communauté Hutu de Kibirizi, accusés d’avoir planifié cette incursion avec l’appui des FDLR, ont abandonné leurs habitations.

A (re) Lire: Sud-Kivu: la coalition Nyatura-FDLR prend en otage 35 personnes à Lumbishi

Certains se seraient dirigés vers la localité de Bambu, à une trentaine de km au Sud de Kibirizi; alors que d’autres ont trouvé refuge au campement des FARDC.

Dans la nuit du 18 juillet, sept personnes étaient tuées et cinq autres blessées dans une incursion d’hommes armés. Certaines communautés attribuent cette attaque aux rebelles des FDLR coalisés avec les Maï-Maï Nyatura.

Mais, le fonctionnaire délégué-adjoint du gouverneur du Nord-Kivu dit poursuivre des investigations pour identifier ces assaillants.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner