Nord-Kivu: 6 localités se vident de leurs habitants à Bwito

Des déplacés fuyant la cité de Rutshuru-centre après sa chute entre les mains des rebelles du M23, le 8 Juillet 2012. © MONUSCO/Sylvain Liechti

Six localités de la chefferie de Bwito, située à l’ouest du territoire de Rutshuru (nord de Goma) se vident depuis samedi dernier de leurs occupants. Ce mouvement des déplacés s’observe dans la localité de Bwalanda, vidée selon des sources locales à 75%, et s’est intensifié depuis dimanche dans les agglomérations de Kibirizi, Kikuku, Kishishe, Kashalira et Bambu, ont indiqué lundi 25 juillet des sources administratives locales.

Les déplacés affirment fuir leurs villages à cause de la menace contre leur sécurité, que représente la présence dans et autour de la région de certains groupes armés, dont les Nyatura, FDLR et Maï-Maï  Mazembe, a rapporté à Radio Okapi Deogratias Kitabuyire, le fonctionnaire délégué du gouverneur du Nord-Kivu  dans la localité de Bwalanda.

Dans la nuit de vendredi à samedi dernier, la localité de Bwalanda (Bwito) a été attaquée, selon de sources locales, par des présumé Nyatura. Une attaque qui a assené un coup dur aux démarches de stabilisation de la région entamées jeudi dernier à travers une réunion des leaders des communautés locales à Kibirizi, ont estimé certains représentants de la société civile de Bwito.

Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre de la recherche de la paix entre deux communautés de cette contrée, qui vivent à couteau tiré, après le massacre de sept membres d’une de ces communautés le 18 juillet dans la localité de Kibirizi.

 
Certaines sources de la société civile de Bwito soutiennent que ces miliciens auraient des complices dans certains villages de Bwito. Ce que craignent justement les villageois en fuite.

La société civile tout comme les autorités administratives de la chefferie de Bwito plaident pour le renforcement de l’effectif de l’armée dans cette entité. Pour eux, le sous-effectif de l’armée dans la région serait une des causes de l’insécurité dans cette entité.
 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner