Forum des As : «Gouvernement : querelle autour du partage des ministères»

Les tractations autour de la formation du gouvernement Samy Badibanga suscitent les commentaires des journaux parus mardi 22 novembre à Kinshasa.
 
Le nouveau Premier ministre Samy Badibanga a entamé depuis le week-end des consultations en vue de la formation de son gouvernement. Et aux dernières nouvelles, la Majorité présidentielle (MP), les oppositions et la Société civile dans sa diversité n’émettent pas sur la même longueur d’onde quant au partage des ministères, rapporte Forum des As.
 
Peu bavard sur les postes ministériels querellés et l’identité exacte des protagonistes de cette querelle, le journal qui considère le dialogue de la cité de l’Union africaine comme «un piège à l’éléphant», plaide pour que le partage des postes ministériels entre parties prenantes au dialogue respecte justement les règles de la répartition de la prise de la chasse.
 
« Et l’une de ces règles voudrait que le plus gros morceau revienne au premier tireur », précise le quotidien, soutenant au regard de cette analogie que des ministères comme ceux des Affaires étrangères, de la défense nationale et de l’Intérieur qui relèvent de la souveraineté nationale, ne peuvent revenir qu’aux personnes en qui le Président de la république, initiateur du dialogue politique, a confiance.
 
La Prospérité qui commente cette actualité renseigne que l’UNC de Vital Kamerhe, après avoir perdu la Primature, conditionne sa participation au Gouvernement de transition à l’obtention d’une vice-primature et de quelques portefeuilles.
 
Le parti de Vital Kamehere, poursuit le quotidien, avance comme argument le rôle joué par l’UNC dans la réussite du dialogue de la Cité de l’UA, rapporte le tabloïd.
 
Le journal qui cite une source crédible au sein de l’UNC rapporte également que Vital Kamerhe ne participerait pas au Gouvernement. Il sera plutôt très actif au Comité de Suivi du Dialogue, a précisé cette source selon le tabloïd.
 
Toujours en rapport avec ces tractations, L’Avenir fait savoir que les anciens groupes armés espèrent être récompensés. Regroupés au sein de la Dynamique des partis politiques issus des accords de paix de Goma, une plateforme politique créée par des anciens groupes armés après un accord de paix conclu avec le gouvernement en 2009, les leaders de ce regroupement politique ont transmis au Chef de l’Etat congolais une liste de 4 noms qu’ils souhaitent voir intégrer le futur gouvernement d’union nationale, rapporte le tabloïd, plaidant pour que l’actuel formateur du gouvernement leur accorde ne serait-ce qu’un poste ministériel au nom de la paix et la justice. 
  
Le Potentiel semble répondre à cette requête de L’Avenir en soutenant que l’actuel premier ministre ne devrait pas essayer de contenter tout le monde dans la mise en place de son gouvernement. Le quotidien fait remarquer que la durée de vie de ce gouvernement n’est que de 18 mois. Et dans cette échéance, poursuit le quotidien, il doit organiser les élections et améliorer le social des congolais.
 
Et si on ne veut pas être buté au problème épineux de financement des élections, l’équipe Badibanga devrait comporter moins de postes que celle sortante de Matata pour économiser le peu d’argent qu’elle aura à gérer, suggère le quotidien.
    
Le Phare de son côté prévient que la sortie du gouvernement Badibanga dans les jours à venir ne va rien changer au décor du chaos politique et social qui menace la RDC.
 
Pour le journal, tant que la crise politique n’aura pas trouvé de solution à travers un dialogue inclusif et ses principaux protagonistes n’auront pas dégagé un consensus autour de l’organisation d’élections apaisées, démocratiques et transparentes à des échéances précises, ce gouvernement ne pourra pas bien appliquer sa politique et le grand Congo risque toujours de connaître tout le mal du monde à fonctionner comme un Etat normal.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner