Des déplacés en situation difficile à Kabalo

Le territoire de Kabalo dans la province du Tanganyika compte plus de quinze mille déplacés répartis dans six sites et dans des familles d’accueil. Une nouvelle vague a été enregistrée jeudi 24 novembre en provenance de la localité de Lwala située à une centaine de km au sud-est de Kabalo-centre. Ces nouveaux déplacés ont fui les combats entre milices pygmée et bantoue entre le 15 et le 20 novembre.

Au total, 169 ménages ont trouvé refuge dans les installations de la SNEL. C’est depuis le 8 septembre dernier que ces déplacés, originaires du groupement Bayolo dans le territoire de Nyunzu, sont arrivés à Kabalo.

Depuis lors, ils affirment avoir été assistés une seule fois par le Programme alimentaire mondial (PAM).

L’un de ces déplacés, Bertin Banza wa Ngoy, lance un cri d’alarme:

«Depuis l’assistance du PAM, le 28 septembre, aujourd’hui nous n’avons plus à manger. Nous avons perdu beaucoup d’enfants, et nous risquons d’en perdre davantage.»

En deux mois de leur séjour dans le site des installations de la SNEL, les déplacés ont déjà enterré 6 personnes. C’est la même triste réalité dans les autres sites, affirment les déplacés.

Des jetons ont été toutefois distribués aux déplacés pour bénéficier de soins dans les centres de santé.

L’administrateur de territoire de Kabalo, Pascal Lukenta, estime qu’il est grand temps pour ces déplacés de rentrer chez eux. Les conditions ne sont pas encore réunies, protestent ces déplacés. 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner