Accord du 31 décembre : la CENCO appelle la Majorité et le Rassemblement à faire preuve de bonne foi

Le cardinal, les archevêques et Evêques, membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) demandent à la Majorité présidentielle(MP) et au Rassemblement de faire preuve de bonne foi pour appliquer l’accord du 31 décembre.  Ils appellent le président de la République, « en sa qualité de garant de la Nation, à s’impliquer davantage dans la mise en œuvre de cet accord, particulièrement dans le processus de nomination du Premier ministre chargé de former le Gouvernement ayant pour priorité  l’organisation des élections ».

« On ne sait pas justifier l’intransigeance d’un ou de trois noms. C’est question de bonne foi. L’appel est lancé aux uns et aux autres de considérer d’abord l’urgence dans laquelle se trouve notre population aujourd’hui. Je crois que c’est d’abord question d’aimer le pays plutôt que de considérer le positionnement politique », indique l’abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la CENCO qui lisait le communiqué final de l’assemblée plénière extraordinaire des évêques tenue à Kinshasa, du 20 au 25 février 2017.

Il recommande au Rassemblement et à la Majorité de faire des concessions réciproques.

« Il y a deux choses  qu’on ne peut pas séparer : il y a le fait que le Premier ministre doit être présenté par le  Rassemblement, il y a aussi le fait que les parties prenantes elles-mêmes  se sont engagées à ce qu’elles fixent les modalités d’application dans un arrangement particulier. Mais je ne dis pas qu’ils ont tort de réclamer. La Majorité ne doit pas non plus considérer le 3 comme un chiffre sacrosaint qui ne peut pas avancer. Il y a plusieurs façons de trouver la solution peut être même au-delà de la divergence un et trois, on trouve un premier ministre du Rassemblement », recommande l’abbé Donatien Nshole.

Mettre fin au blocage

Dans ce message intitulé « non au blocage. Face aux tribulations du moment: prenez courage, car le Christ a vaincu le monde », les évêques demandent à Majorité présidentielle, à l’Opposition et à la société civile, d’être « sensibles au cri de détresse du Peuple congolais qui attend impatiemment l’application de l’Accord du 31 décembre 2016 et de ne pas bloquer l’application de cet accord par des manœuvres dilatoires et par des intransigeances irréalistes ».

Le communiqué invite aussi ces acteurs à aplanir sans délai les points de divergence quant à l’arrangement particulier afin de parachever les négociations en cours. Car, notent les évêques, au regard de ce blocage, la longue attente du Peuple congolais qui tient à l’alternance démocratique pacifique se manifeste par l’impatience et  la montée de tension même  à l’égard de la CENCO qui pourtant n’assure que la médiation.

« C’est ici pour nous l’occasion de fixer l’opinion sur la mission de bons offices de la CENCO qui consiste à offrir aux acteurs politiques et sociaux un cadre propice aux concertations et à les exhorter à trouver un consensus en privilégiant les intérêts de la population et le bien supérieur de la République. La CENCO ne jouant que le rôle de médiation, on ne peut lui attribuer la responsabilité du blocage », rappelle la CENCO.

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner