Lubumbashi: la société civile exige la libération de 5 activistes arrêtés fin juillet

Des membres de la société civile du Haut-Katanga demandent l’implication des autorités provinciales pour la libération des cinq activistes des droits de l’homme arrêtés à Lubumbashi depuis le 31 juillet. Ils l’ont fait savoir dans un mémorandum déposé mercredi 30 août au ministère provincial de l’Intérieur. Certains de ces prévenus ont été condamnés la veille à huit mois de prison.

Le tribunal de paix Lubumbashi-Kamalondo a condamné mardi à huit mois de prison quatre activistes des droits de l’homme. Ils étaient poursuivis pour «provocation et incitation au manquement envers l’autorité publique». Le 31 juillet dernier, ils avaient organisé une marche pour exiger de la CENI la publication du calendrier électoral.

Le cinquième accusé est Me Timothée Mbuya. Poursuivi pour les mêmes faits, son dossier a été dissocié de celui de ses co-accusés à cause de son statut d’avocat, précise un membre de la société civile. Son procès est renvoyé au 5 septembre.

Malgré cette décision du tribunal, les ONG des droits de l’homme et mouvements citoyens du Haut-Katanga continuent d’exiger la libération pure et simple de tous les cinq activistes. Ils ont réitéré cet appel dans un mémorandum adressé mercredi au gouverneur de province.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner