Moise Katumbi et Félix Tshisekedi plaident pour une transition sans Kabila


Le groupe d’opposants ayant adhéré au Manifeste du citoyen congolais, notamment Moise Katumbi et Félix Tshisekedi, plaident pour une transition en RDC sans Joseph Kabila qui, selon eux, est devenu illégal et illégitime.

Dans un communiqué de presse publié lundi 18 septembre à New York, en marge de l’assemblée générale des Nations unies, Felix Tshisekedi, Moïse Katimbi, André Mbata et Floribert Anzuluni plaident pour que cette transition politique soit conduite par des personnalités « éminentes consensuelles qui seront chargées de préparer les élections démocratiques », pour éviter un vide juridique dans la perspective de la non-tenue des élections le 31 décembre 2017 au plus tard.

Ces acteurs politiques de l’opposition affirment qu’ils sont attachés au respect de la constitution et à la mise en œuvre de l’accord de la CENCO. Ils estiment qu’il n’est pas possible d’organiser des élections ni avec le président Joseph Kabila ni avec la CENI dans sa configuration actuelle.
Pour Félix Tshisekedi, Moise Katumbi et leurs camarades, Joseph Kabila s’est disqualifié en tant que président  de la République et cesse d’être l’interlocuteur valable.

En effet, affirment-t-ils, Joseph Kabila est  par sa mauvaise foi, responsable direct du non-respect de la constitution et de l’accord du 31 décembre 2016, pour  se maintenir au pouvoir.

Ces acteurs politiques qui s’opposant à tout projet de calendrier électoral non conforme à l’accord de la CENCO et à tout projet de référendum constitutionnel, demandent aux membres du Conseil de sécurité de s’assumer pleinement en vertu des pouvoirs que leur confère le chapitre VII de la Charte de l’ONU.

Des propositions téléguidées par les pays étrangers

En réaction à cette proposition, la Majorité présidentielle estime que ceux qui plaident pour une transition sans Joseph Kabila sont dans la logique de violation de l’accord de la CENCO et ne pensent pas au bien de la population.

André Alain Atundu, porte-parole de la MP, affirme que ces opposants avancent des propositions téléguidées par les pays étrangers. Il en veut pour preuve, le fait que leur communiqué est publié à partir d’un pays étranger.

«  Aujourd’hui, la constitution et l’accord du 31 décembre 2016 sont des instruments juridico-politiques pertinents,  deux piliers de la vie politique congolaise. La constitution assure la continuité de l’Etat, l’accord du 31 décembre 2016 assure le consensus de la classe politique autour du malentendu sur la volonté du chef de l’Etat Kabila d’organiser les élections. Tout le monde est d’accord qu’il faut aller aux élections de façon consensuelle en mettant en place les instruments nécessaires pour assurer un atterrissage en douceur », explique M. Atundu.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

Ceni (106)
RDC (101)
Elections (91)
Ebola (86)
élection (46)
FARDC (39)
Beni (31)
Monusco (30)
MLC (26)
FCC (23)
Linafoot (20)
Caf (19)
Opposition (18)