Walikale : des militaires accusés d’ériger des barrières illégales dans huit localités

La société civile de Walikale (Nord-Kivu) accuse des éléments des Forces armées de la RDC (FARDC) d’ériger illégalement des barrières à l’entrée des sept localités du ce territoire dont Kashalala, Kibua, Itebero, Tchabakungu, Osso, Cité II et Mpito.

D’après ces sources de la société civile, les militaires obligent les passants à payer entre 500 et 2500 francs congolais avant d’accéder à une des localités.

Le porte-parole des opérations Sokola II, le major Guillaume Ndjike affirme qu’il s’agit plutôt des barrières circonstancielles, installées par des militaires pour le contrôle des mouvements de la population dans ces zones considérées comme opérationnelles par l’armée.

« Nous sommes dans une zone opérationnelle, et que les opérations de traque contre tous les groupes armés sans aucune préférence se passe dans toute cette que vous évoquez. Alors, les opérations, c’est aussi ces barrières circonstancielles, les opérations c’est aussi le bouclage » explique le major Ndjike.

Il assure cependant que ces barrières ne sont pas installées pour que les militaires perçoivent l’argent de la population. « S’il s’avère qu’il y a des éléments des FARDC qui érigent des barrières pour percevoir de l’argent sur la population, soyez rassurés que nous allons mettre la main dessus et ils vont répondre de ces forfaits » a-t-il promis.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner