RDC : l’ONU note une violation constante du droit à la liberté

Le droit à la liberté de réunion pacifique a été sévèrement restreint et souvent violemment réprimé en RDC en 2017 et cette tendance continue encore cette année, selon un rapport de l'ONU publié lundi 19 mars à Genève. Le rapport documente les meurtres et d'autres violations graves des droits de l'homme dus à un recours excessif à la force par les services de sécurité et les forces de défense congolais lors de manifestations.

Entre le 1er janvier 2017 et le 31 janvier 2018, au moins 47 personnes, dont des femmes et des enfants, ont été tuées par les services de sécurité et les forces de défense dans le cadre de manifestations, souligne ce rapport. Il rapporte que les services de sécurité congolais ont tenté de dissimuler ces graves violations des droits de l’homme en enlevant les corps des victimes et en entravant le travail des observateurs nationaux et internationaux.

Le rapport, publié conjointement par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme et la MONUSCO, a relevé également que les restrictions croissantes des droits et libertés fondamentaux, associées à des discours incendiaires et à des menaces contre les manifestants, sont un sujet de préoccupation majeure.

Selon Leila Zerrougui, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies en RDC, ce rapport souligne une impunité constante et un rétrécissement continu de l'espace démocratique dans le pays observés depuis le début de l’année 2015.

«Ceci est incompatible avec la lettre et l'esprit de l’Accord du 31 décembre 2016 et ses mesures de décrispation. Les manifestations sont intrinsèquement liées à la liberté d'expression et il est absolument nécessaire que toutes les voix puissent être entendues dans le contexte des prochaines élections », a-t-elle poursuivi.

Pour sa part, le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a souligné que la répression systématique des manifestations, ce constituait « une violation grave du droit international », des droits de l'homme et des lois de la RDC. Pour lui, il est urgent d’ouvrir des enquêtes crédibles, transparentes et indépendantes sur ces violations et sur d'autres allégations.

«La création par le Ministère des droits humains d'une commission mixte d'enquête avec la participation de représentants de la société civile est un développement positif dans le cadre de la lutte contre l’impunité et les réparations pour les victimes», a indiqué la chef de la MONUSCO.

Leila Zerrougui s'est félicitée des conclusions issues des travaux de cette Commission, demandant qu'elles soient intégralement et rapidement mises en œuvre. En outre, elle a affirmé la disponibilité des Nations unies à fournir un appui à cet égard.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

Ceni (86)
Ebola (81)
RDC (75)
Elections (72)
élection (61)
FARDC (52)
Beni (45)
Monusco (39)
ADF (33)
Opposition (31)
FCC (30)
Vclub (26)
Léopards (23)
Caf (22)
Linafoot (19)
Mazembe (18)