Le Phare : « Bruxelles : F. Tshisekedi et Muzito contre un troisième mandat de Kabila »

 
Revue de presse du lundi 4 juin 2018
 
Les journaux parus ce lundi à Kinshasa reviennent sur la rencontre à Bruxelles entre l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito et le président de l’UDPS Félix Tshisekedi.
 
Félix Tshisekedi et Adolphe Muzito s’engagent à lutter ensemble pour bloquer toute velléité de rebondissement de Joseph Kabila pour un troisième mandat, rapporte Le Phare citant un communiqué conjoint de deux personnalités.

Les deux candidats déclarés à l’élection présidentielle de décembre exigent l’élimination de tous les faux jetons du fichier électoral, la libération de tous les prisonniers politiques, la libéralisation des activités politiques, renseigne le journal. Ce pacte signé entre Félix Tshisekedi et Adolphe Muzito démontre que l’opposition est préoccupée d’abord par l’assainissement de l’environnement politique et électoral avant que chacun se focalise sur ses ambitions politiques, conclut le quotidien.
 
Pour Le Potentiel, ce « nouveau deal » entre les deux personnalités vise à concrétiser la volonté populaire d’union entre les leaders politiques engagés pour le changement en République démocratique du Congo. Félix Tshisekedi et Adolphe Muzito ont mis en exergue, ce que réclame le peuple : des élections libres, transparentes et apaisées, sans machines à voter, sans Kabila comme candidat et avec un fichier fiable, rapporte le tabloïd.
 
Ces élections du23 décembre 2018 doivent se tenir en une seule séquence, après la restructuration de la CENI, précise Forum des As. Le journal évoque aussi l’une des réclamations contenues dans le communiqué signé par M. Muzito et Tshisekedi : la sécurisation des acteurs politiques pendant la période préélectorale, électorale et post-électorale.
 
Sur un autre registre, les quotidiens kinois reviennent sur le retrait, par le bourgmestre de la Gombe, des banderoles dénonçant les tentatives d’un troisième mandat du président de la République et de la révision constitutionnelle au Centre interdiocésain.

Le secrétaire général de la CENCO accuse le bourgmestre de la commune de Gombe, Dolly Makambo, d’avoir forcé et violé, le samedi 2 juin 2018, le siège de l’épiscopat catholique se trouvant dans sa juridiction pour y arracher des banderoles qui sensibilisaient contre un éventuel troisième mandat du président Joseph Kabila affichées à l’entrée de l’un des bâtiments du Centre interdiocésain, rapporte Le Potentiel.
 
L’Abbé Donatien Nshole précise que ces banderoles ont été placées par le Conseil de l’apostolat des laïcs catholiques (CALCC), dans le cadre de leur sensibilisation à l’appropriation de l’accord de la Saint Sylvestre. Le bourgmestre de la Gombe, Dolly Makambo, affirme que cet acte est posé dans le cadre de mon travail, rapporte Actualite.cd. Pour le site web qui reprend les propos de M. Makambo, ces banderoles ont été placées sans autorisation de la commune.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires