Libération du DG de ZENUFA: le SYNAMAG plaide pour l’ouverture d'un dossier judiciaire contre Boniface Kabisa

Le Syndicat autonome des magistrats du Congo (SYNAMAG) demande au procureur général d’ouvrir un dossier judiciaire contre le conseiller principal au bureau du conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la Corruption, Boniface Kabisa pour qu’il prouve si réellement l’argent a circulé dans l’affaire de la libération du directeur général de ZENUFA, un laboratoire de fabrication des produits pharmaceutiques. 

Edmond Isofa , président du SYNAMAG a indiqué que le conseiller Boniface Kabisa a livré les magistrats de la RDC à la vindicte populaire, en affirmant que les magistrats ont reçu de l’argent pour libérer le directeur général de ZENUFA. 

 « L’histoire des produits pharmaceutiques c’est une question de santé publique qui concerne tout le monde et ça concerne aussi les magistrats. Mais la façon dont la chose est présentée par M. Kabisa jette l’opprobre sur le magistrat. Il est allé loin jusqu’à demander à ce que la population marche contre les magistrats. C’est extrêmement grave. C'est facile de dire. Il a parlé des produits contrefaits. Où sont ces produits. S'il a gardé ces produits, il n’a qu’à les mettre à la disposition du parquet », a recommandé Edmond Isofa. 
Vous pouvez l’écouter ici: 

/sites/default/files/2018-10/04._281018-p-f-kinshasa_edmond_isofa-le_bonno_3-kinshasa_edmond_isofa-00_2.mp3
Boniface Kabisa s’était étonné de la libération du directeur général du laboratoire ZENUFA, Karkera Premanatha. Ce dernier avait été arrêté vendredi 19 octobre sur ordre du conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, pour importation frauduleuse de la quinine et aussi contrefaçon de ce même médicament dans l’Est de la RDC. Boniface Kabisa avait dénoncé notamment la corruption de certains magistrats. 

« Une personne qui, aveuglement, donne la mort à nos concitoyens – les faits sont établis, les preuves sont là, le procureur général près la cour d’appel a entériné notre travail, le premier juge l’a confirmé et l’argent a fait la reste – et cette personne-là est en liberté », avait déploré Boniface Kabisa. 

Edmond Isofa s’entretient avec Paul Matendo.

/sites/default/files/2018-10/07._29102018-p-f-kininvitedu_jour_edmond_isofa_synamag.mp3

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner